Par Jacques MYARD

Les nouvelles déclarations de Ziad Takieddine selon lesquelles le juge d’instruction Serge Tournaire lui a fait tenir des propos qui sont contraires aux propos qu’il a dits : « il n’y a pas eu de financement ( libyen ) de la campagne de Sarkozy », vont avoir de très fortes conséquences politiques. Cette nouvelle volte-face de Takieddine va sans doute permettre à Nicolas Sarkozy de prouver son innocence ; la suite de la procédure l’établira ou non !

Mais au-delà de la personne même de Nicolas Sarkozy qui ne ménagera pas ses efforts pour rétablir son honneur – sa combativité est intacte, c’est la Justice et surtout les juges d’instruction qui vont en payer le prix fort : à savoir leur total discrédit dans l’opinion des Français !


Après l’affaire d’Outreau, le mur des cons, les dérives du PNF dans l’affaire Fillon , l’enquête préliminaire – qui dura 6 ans- du PNF sur les fadettes des téléphones de dizaines d’avocats, les Français ont perdu confiance dans leur Justice. Ils ont le sentiment profond que certains juges sont avant tout des syndicalistes politiques qui poursuivent leurs objectifs de militants.
Enfermés dans leur corporatisme syndicaliste et militant, porteurs d’une certaine conception de la justice qui frisent une mission de justicier, ils ont perdu la confiance de très nombreux Français qui ne se reconnaissent pas dans cette justice militante et la rejettent !
La politisation de certains juges est un danger pour la Justice elle-même; un juge doit être comme la femme de César, autrement dit, il ne doit pas être soupçonnable d’être partisan. Heureusement j’ai rencontré de nombreux juges que ne sont pas soupçonnables…
Il est urgent que cette politisation cesse, que l’action des syndicats des magistrats soient strictement limitée à la défense des intérêts professionnels, à l’exclusion – sous peine de sanctions- de toute prise de position politique. Il y va de la crédibilité de la Justice!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

5 + 8 =