Accueil > Franchises : comment réussir avec les idées qui ont fait leurs preuves

Franchises : comment réussir avec les idées qui ont fait leurs preuves

Entreprendre.fr

Si le désir de vous mettre à votre compte vous tenaille mais que vous n’avez ni l’envie de vous lancer seul, ni la bonne idée qui vous assurera la pérennité de votre activité, le système de la franchise est fait pour vous. 

Réussir avec le concept, le savoir-faire et la formation d’un réseau est possible avec ce mode de partenariat gagnant-gagnant qu’offre le commerce organisé et associé. Voici quelques clés pour ne pas vous tromper dans votre choix.

 

à lire aussi


L’idée pour chaque candidat est de créer son commerce ou son entreprise de service en bénéficiant des idées, du concept, du savoir-faire, de la communication, de la formation et des outils d’un réseau déjà structuré.

 

Un système gagnant pour créer son entreprise

La France est le leader européen en matière de franchise avec 40% du marché. On compte plus de 1 500 réseaux. La franchise est représentée dans tous les secteurs d'activité du commerce de détail. On remarque cependant une présence plus importante en alimentaire (29,1% des magasins franchisés) et en équipement de la personne (25%).

 

En franchise, on peut rejoindre un réseau sans connaître forcément le métier, puisque tous les salariés et cadres qui signent un contrat avec un franchiseur, sont totalement pris en charge et formés pendant plusieurs semaines ou mois, avant de se lancer.

 

Des réseaux attractifs

Tous les secteurs ou presque comptent aujourd’hui des réseaux de franchise. Un cadre d’entreprise ou un solo a donc aujourd’hui l’embarras du choix pour créer sa boîte. Les reconversions réussies se comptent par milliers : de l’ancien cadre commercial en grande distribution devenu fleuriste à l’ancien DRH devenu entrepreneur dans les services à la personne ou ce chef de chantier qui s’est lancé avec succès avec son épouse dans la création d’une agence immobilière.

 

Attention cependant, certains gros réseaux recherchent plus des profils d’investisseurs que de créateurs. Cependant, la majorité est ouverte à d’anciens cadres qui veulent changer de vie ou retrouver un emploi. Bref, parmi les 1 500 réseaux français, les opportunités ne manquent pas mais le choix dépend aussi des capacités d’investissement des candidats à la franchise.

Bien choisir son réseau

 

Il n’existe pas de recette ni de solution miracle pour être sûr de faire une bonne affaire. Une chaîne en pleine expansion et qui marche très bien aujourd’hui peut connaître de très grosses difficultés d’ici quelques mois. Il existe cependant un certain nombre de principes dont l’observation pourra vous éviter écueils et mauvaises surprises...

 

Choisir une franchise restera toujours un exercice complexe

Si vous disposez de capitaux suffisants ou si vous voulez investir peu, il y a une solution pour tout. Reste la question essentielle : quelle enseigne choisir ? Ne vous lancez pas trop vite, faites votre propre étude de marché et comparez toujours les enseignes concurrentielles.

 

L’une des premières certitudes qu’il faut acquérir est la performance du concept. Documentez-vous avant de vous lancer, en lisant la presse mais aussi en vous informant auprès de l’INSEE, de l’ANCE, du CECOD, des fédérations professionnelles. Vous devez savoir si le marché est en pleine expansion et quelle est son évolution.

 

Bien analyser les différentes offres

Faites une première sélection par rapport aux droits d’entrée. Analysez toutes les offres et sélectionnez seulement celles dont les droits d’entrée correspondent à vos moyens. En effet, si vos moyens ne vous permettent déjà pas de payer le droit d’entrée demandé, n’allez pas plus loin dans vos démarches.

 

Attention, il est inutile de penser qu’une bonne franchise exige un droit d’entrée supérieur. Les problèmes seront les mêmes pour les redevances ou les contributions à la publicité nationale. Le choix d’une enseigne doit aussi être dicté par la gamme d’outils qu’elle met à disposition et l’importance du soutien humain qu’elle propose.

 

Les réseaux doivent s’adapter à la demande et à la situation économique. La franchise continue de faire émerger de nouveaux concepts : restauration rapide, diététique, bars à thèmes, laveries, produits d’occasion, esthétique… tout en répondant aux besoins des entreprises : formation à l’informatique, aux langues étrangères, concept de recyclage de consommables…

 

Faut-il adhérer à un jeune réseau ?

Adhérer à une jeune enseigne est un défi important. Vous bénéficierez d’avantages mais vous prendrez en revanche beaucoup plus de risques. Le franchiseur sera beaucoup plus souple avec vous que dans un réseau ancien avec lequel il n’est plus permis de discuter une seule close du contrat.

 

Vous bénéficierez de conditions financières avantageuses. De plus, le réseau étant en plein essor, vous aurez la possibilité d’ouvrir par la suite d’autres points de vente. En contrepartie, la maturité du réseau est discutable. En cas de problèmes, vous risquez d’essuyer les plâtres !

 

Un investissement de départ

Droit d’entrée, royalties… Ces sommes sont versées en contrepartie de services : le candidat à la franchise bénéficie dès son installation de la notoriété d’une enseigne, de la transmission d’un savoir-faire, et d’une mise en réseau qui lui permettra de démarrer avec une longueur d’avance par rapport à celui qui part de zéro, de façon isolée. Il faut cependant être conscient qu’à court terme se lancer en franchise est plus onéreux que de se lancer seul, mais à moyen terme, les défaillances sont moins nombreuses.

 

Des études permettent d’obtenir des chiffres moyens significatifs, même s’il faut bien reconnaître que l’éventail des enseignes est très large, qu’il s’agisse des investissements et des revenus. Pourtant, cela peut donner une idée aux porteurs de projet.

 

En moyenne, l’apport personnel représente en franchise de 30 à 40% de l’investissement global hors emplacement, lorsque celui-ci est nécessaire.

 

Choisir une franchise abordable

Pour se lancer dans la franchise, il faut détenir un apport personnel, quand bien même celui-ci est réduit. Cette somme doit être disponible, puisqu’elle va permettre de payer les droits d’entrée, sans oublier les frais de démarrage qui doivent être couverts immédiatement. De plus en plus de franchiseurs ont décidé de réduire les coûts d’entrée ainsi que les royalties, rendant ainsi le coût d’accès global bien plus accessible aux candidats à la création d’entreprise. Parfois même, il n’y a pas de droit d’entrée, mais c’est rare.

 

Quand on manque de fonds propres…

Lorsque l’on ne dispose vraiment d’aucun apport personnel, que l’on a fait le tour de son portefeuille et de ses amis, il existe cependant encore quelques solutions à mettre en œuvre. Il existe aussi des aides publiques facilement accessibles en fonction de sa situation, et la plupart sont incluses dans ce que l’on nomme l’apport personnel.

 

Dans le cadre de la réinsertion professionnelle et à condition d’être inscrit chez Pôle Emploi, il est possible de bénéficier des désormais bien connus dispositifs Accre et Nacre qui permettent de ne pas avoir à payer de charges sociales pendant un minimum d’un an (la durée dépend de certains critères individuels). Pôle Emploi prend aussi en charge certains aspects de la préparation du projet, comme l’aide pour l’étude de marché, le montage du business plan, ou l’assistance d’un expert-comptable.

 

Certains réseaux de franchise aident même les candidats à la création d’entreprise en participant à leur investissement de départ. Bref, la franchise est aujourd’hui une voie royale pour créer sa propre entreprise, en restant adossé à un réseau, véritable gage de sécurité. Se lancer avec un concept qui a déjà fait leurs preuves, c’est peut-être cela la bonne idée qu’il vous faut !

NOTRE KIOSQUE
En ce moment
A lire aussi
RECEVEZ
NOS DERNIERS
ARTICLES EN DIRECT
REJOIGNEZ LA COMMUNAUTE DES ENTREPRENEURS :