Brèves & Scoops

Gestion des données personnelles : les internautes français méfiants à l’égard des sites de e-commerce Plus de 2 internautes sur 3 hésitent aujourd’hui à communiquer leurs données personnelles ou bancaires sur un site de e-commerce. 88% des personnes interrogées ne sont pas prêtes à réaliser un achat sur les sites qui auraient subi une cyber-attaque. Les hommes accordent plus d’importance que les femmes à la notoriété des sites lorsqu’ils achètent en ligne. Les e-consommateurs ne sont pas convaincus de l’efficacité des moyens de sécurité mis en place par les e-commerçants. Une réticence à communiquer ses données personnelles L’étude démontre la crainte des internautes français (68% des sondés) quant au partage de leurs données personnelles lors d’une transaction (nom, prénom, adresse, numéro de téléphone). Cette réticence s’amplifie lorsqu’on les interroge sur leurs données bancaires, puisque 73% d’entre elles déclarent avoir déjà hésité à les communiquer. On note également, que plus les consommateurs achètent régulièrement en ligne moins ils sont méfiants ; le fait d’avoir eu plusieurs expériences d’achat en ligne semble les rassurer. Paradoxalement, alors que les 18-24 ans sont connus pour être très actifs sur les réseaux sociaux ouverts à tous et où ils partagent de nombreuses informations, ils sont la catégorie la plus soucieuse de la confidentialité des données. 88% des personnes interrogées ne sont pas prêtes à réaliser un achat sur les sites qui auraient subi une cyber-attaque Un piratage est bien une des pires choses qui puisse arriver à un e-commerçant, même si rien ne prouve que les données de leurs clients seront ensuite utilisées frauduleusement. Le constat est sans appel : un cas de piratage impacte négativement et directement l’intention d’achat de la quasi totalité des répondants (88%), toutes catégories confondues. D’ailleurs, c’est chez les plus de 50 ans (90%) et les acheteurs occasionnels (91%) que cette défiance s’exprime le plus. Un a priori négatif vis-à-vis des sites méconnus, en particulier chez les hommes On observe cette même réticence à l’égard des sites peu connus, puisque les internautes interrogés déclarent ne pas être prêts à acheter un produit sur un site qu’ils ne connaissent pas (63%) ou récemment créé (59%). Les 18-34 ans et les catégories socioprofessionnelles les plus aisées, davantage habitués à la consommation en ligne, sont les moins frileux. Par ailleurs, les hommes (66% contre 60% chez les femmes) accordent plus d’importance à la notoriété du site. Les e-consommateurs ne sont pas convaincus de l’efficacité des moyens de sécurité mis en place par les e-commerçants Les internautes français reconnaissent globalement les efforts des sites de e-commerce en matière de sécurité mais n’apparaissent pas tout à fait convaincus de l’efficacité de leur politique sur ce sujet. Si 81% d’entre eux sont d’accord pour reconnaître que les sites de e-commerce sont conscients des risques liés au piratage des données personnelles et 85% que ces sites font leur maximum pour sécuriser leurs données, ils ne sont respectivement que 17% et 16% à déclarer être tout à fait d’accord avec ces affirmations. Les sites de e-commerce ont donc encore besoin de convaincre les utilisateurs dans ce domaine.


Opinel accélère son développement commercial La société Opinel se structure pour accélérer son développement commercial en France et à l’étranger. En 2013, la société savoyarde a réalisé un chiffre d’affaires de 17 millions d’euros, en augmentation de 13% par rapport à 2012. Les ventes à l’export représentent 45% du chiffre d’affaires. Plus d’informations sur www.opinel.com Un nouveau directeur des ventes France. Depuis fin mars, Philippe Fusier, 47 ans, qui a occupé différentes fonctions marketing et commerciales au sein du Groupe SEB, a pris en charge la direction des ventes France. Afin de couvrir le territoire national, la société Opinel compte aujourd’hui six responsables de secteur en charge des détaillants indépendants, des enseignes nationales (Articles Culinaires, Cadeaux, Nature...), des grands magasins et des Grandes Surfaces Spécialisées (Sport, Jardinage, Bricolage). Un septième responsable est en cours de recrutement pour le secteur Centre. Opinel se structure à l’étranger... En Espagne, Francesc Lasalas, 37 ans, ancien représentant dans la mode enfantine, est depuis fin 2013 responsable de marché en vue d’optimiser la diffusion des collections cuisine et table. En Allemagne et en Europe de l’est, Thomas Wolter, 27 ans, commercial V.I.E (Volontariat International en Entreprise) est depuis fin 2013 en charge d’accompagner les distributeurs de la marque Opinel (soutien commercial, formation, salons...). En Italie, l’un des premiers marchés de la société, Claudio Darone, 41 ans, ancien commercial de la société Tivoly, se verra confier la responsabilité des ventes à partir du mois de mai 2014. Opinel en quelques mots L’entreprise familiale, fondée en 1890 et située à Chambéry (Savoie), est dirigée par Maurice Opinel, président et petit-fils du fondateur, et par Denis Opinel, directeur général et arrière-petit-fils du fondateur. Le comité exécutif de l’entreprise est composé de Luc Simon, directeur général adjoint en charge du commercial et du marketing, Gérard Vignello, directeur général adjoint en charge des finances, des ressources humaines et de l’industrie, Françoise Detroyat, directrice marketing et communication, Jérôme Le Caïnec, directeur export, Patrice Perinetti, directeur industriel, Serge Soulhiard, directeur des achats et développement.


Denis Payre est le fondateur de l’éditeur de logiciel Business Objects, premier éditeur européen à avoir été coté au Nasdaq en 1994. En 2001, il fonde une deuxième entreprise, Kiala qui deviendra leader Européen des plateformes logistiques pour l’e-commerce et sera racheté en février 2012 par le géant américain UPS. En 2013, Denis Payre créé le mouvement politique Nous Citoyens qui a pour ambition Les patrons de TPE-PME s’interrogent également sur la fiscalité des entreprises, et notamment sur les écarts de taux d’imposition entre les PME et les grands groupes. Denis Payre reconnait que « nos entreprises sont les moins rentables d’Europe, à cause du poids des charges et de la fiscalité en général et à cause du poids du coût du travail ». Il encourage le pacte de responsabilité lancé par le Président de la République. Mais les mesures économiques de baisse de charges doivent porter sur des chiffres beaucoup plus importants. Et il faut que la dépense publique soit réduite dans la même proportion pour permettre de baisser les charges. Quant aux problèmes de trésorerie récurrents des petites entreprises, pour Denis Payre, « les 60 jours de délais de paiement doivent être considérés comme inadmissibles. » Il faut passer à des délais beaucoup plus courts et avoir des sanctions plus significatives quand ces délais ne sont pas respectés. Il y a bien sûr aussi un enjeu de rentabilité des entreprises. « Si on travaille à diminuer la pression fiscale sur les entreprises, les marges seront plus élevées, les capacités d’autofinancement suivront et la question des délais de paiement prendra moins d’importance » affirme Denis Payre. D’autre part, de nombreux chefs d’entreprise se demandent comment limiter le départ des investisseurs à l’étranger. Pour Denis Payre, qui a lui-même quitté la France pour la Belgique en 1998, il faut réformer la fiscalité en rendant l’ISF économiquement viable. Sans le supprimer définitivement, il faut, dit-il, « retirer de l’ISF tout ce qui concerne les actions et ne taxer que le patrimoine de jouissance, c’est-à-dire les résidences secondaires, les voitures, les bateaux… » La dette française est aussi un sujet qui inquiète grandement les patrons de TPE-PME. Denis Payre confirme que la situation est très préoccupante. On emprunte chaque année à peu près 170 milliards d’euros, soit deux fois le budget de l’Education. Denis Payre préconise un consensus au sein de la classe politique et au sein des partenaires sociaux. Selon lui, il est urgent « qu’on se mette autour d’une table et qu’on discute de la façon de réduire la dépense publique de façon urgente, mais aussi de façon coordonnée et non pas sous la pression de tiers, avec le couteau sous la gorge. » Il suffit de suivre les préconisations de la Cour des Comptes. De très nombreuses pistes ont été ouvertes, en particulier dans les collectivités locales, mais pas seulement, pour trouver les 200 milliards qui permettraient à la France de redevenir compétitive, de ne plus dépendre des marchés financiers et donc de ne plus être dans cette situation de vulnérabilité.


Toutes les brèves...

Entreprendre TV

Contactez nous

Lafont Presse
53 rue du Chemin Vert
92100 Boulogne-Billancourt
Tél : 01.46.10.21.21
Fax : 01.46.10.21.22

contact@lafontpresse.fr

Entreprendre.fr, un site dynamique qui traitera de l'actualité économique. Une actualité intense et vive, qu'il est parfois difficile à suivre. Les analyses et les dossiers publiés ont pour objectif de décomplexifier les informations liées à la sphère économique. En parallèle de cette actualité, vous pourrez trouver tous les renseignements nécessaires pour entreprendre: Démarches à opérer pour monter son entreprise, créer une activité rentable sur internet, faire des affaires à l'étranger... Nos dossiers et nos analyses vous révèleront tout ce dont vous avez besoin pour aller au bout de vos projets.

© Copyright 2014 Entreprendre

Conception bywebside.com