Accueil > Digital : les Fintech vont-elles tuer les banques ?

Digital : les Fintech vont-elles tuer les banques ?

Entreprendre.fr

12.000 Fintech dans le monde ! Ces jeunes pousses couvrent aujourd’hui la quasi-totalité des métiers de la finance : moyens de paiement, tenue de compte, transfert d’argent, fourniture de liquidités…

Le développement de ces nouveaux acteurs, mais aussi la poussée des géants de l’Internet (les GAFA – Google, Amazon, Facebook, Apple – qui ont tous développé leurs propres solutions de paiement), pourrait provoquer à l’horizon 2025 une chute de 10 à 40% des revenus dans les métiers les plus attaqués, soit de 20 à 60% des profits générés.

 

à lire aussi

 

Un phénomène tiré par une baisse des tarifs sur des services pour lesquels les acteurs traditionnels ont l’habitude de marges élevées. Les Fintech apportent non seulement des prix compétitifs, mais aussi plus de souplesse et de simplicité, le numérique permettant de proposer des offres «disruptives», partant des usages et des attentes des consommateurs.

Les atouts français
Notre pays a donc une carte à jouer. «Le savoir-faire français dans les deux secteurs financier et digital est largement reconnu à l’international. L’accès à des services finances à distance est plus ancien en France qu’ailleurs, grâce au Minitel.

 

Les établissements financiers ont développé des accès en ligne de très bonne qualité depuis longtemps. Des Français ont développé de belles entreprises en France, mais sont aussi présents dans de nombreuses jeunes pousses étrangères. Ils sont même 40.000 dans la Silicon Valley !», indique Alain Clot, président de France Fintech, une association née à l’initiative d’une dizaine de dirigeants des principales jeunes pousses du secteur et regroupant aujourd’hui une cinquantaine de membres.

 

Le Lending Club du Français Renaud Laplanche aux États-Unis, qui pèse près de 7 Mds$ en Bourse (6,35 Mds€), est emblématique de cette exception nationale. Si le secteur se révèle particulièrement dynamique, tout n’est pas parfait : «Même si des progrès ont été accomplis, le financement reste un sujet majeur.

 

De nombreuses Fintech meurent car elles ne trouvent pas les fonds nécessaires dans la deuxième étape de leur développement. Il existe peu d’investisseurs spécialisés dans notre domaine, où les modèles économiques sont complexes à appréhender. Et la réglementation évolue lentement. Si la France a su progresser dans le financement participatif, beaucoup restent à faire pour rivaliser avec Londres ou New York». Car, naturellement, la compétition est mondiale.

Changements profonds
Face à cette déferlante, les acteurs traditionnels du secteur ne sont évidemment pas inactifs. «Le défi nu- méro un de toutes les banques, c’est l’adaptation au numérique», affirme Frédéric Oudéa, directeur général de la Société générale. Et pour relever ce défi, elles ont lancé de vastes plans de réorganisation : réduction des effectifs en agence et développement des services en ligne sont au coeur de leurs stratégies.

 

Surtout, nombre d’entre elles, qui se sont refaites une santé financière depuis la crise, ont choisi d’investir sur les nouveaux entrants, via des prises de participation, des partenariats ou la création d’incubateurs. Mais les jeunes pousses de la finance sauront-elles s’imposer sur la durée ?

 

«Ces modèles fonctionnent bien pour le moment, mais ils n’ont pas encore été mis à l’épreuve d’un retournement économique», souligne Philipp Härle, directeur chez McKinsey. Ce qui est certain, c’est que le petit monde de la finance est confronté à un changement en profondeur.

 

L’économiste Jean Hervé Lorenzi, président du pôle de compétitivité finance innovation, en est convaincu : «Les Fintech sont les précurseurs d’une mutation en cours dans les domaines de la banque, l’assurance, la gestion d’actifs, l’économie sociale et solidaire, l’immobilier, les métiers du chiffre et du conseil». Une nouvelle donne riche en opportunités pour les entrepreneurs les plus imaginatifs.

NOTRE KIOSQUE
En ce moment
A lire aussi
RECEVEZ
NOS DERNIERS
ARTICLES EN DIRECT
ABONNEZ-VOUS
Abonnement
20/02/2017
Airbus : Fabrice Brégier, le voltigeur https://t.co/tVKGR9gTJQ https://t.co/Eg4F6OWP2b
20/02/2017
[#Startup] Comment @bonnegueule est devenu une marque de prêt-à-porter https://t.co/3wTSLeHAnz @Bpifrance https://t.co/OPOvINg9nZ
20/02/2017
Dominique Restino , Pdt de la Cci Paris et de France Entrepreneurs (Entr... https://t.co/T6uTrCTcci
20/02/2017
Algérie : de nouvelles formations dans le secteur des telecoms https://t.co/9JPLiFozOT https://t.co/Omy5KX7V7W
20/02/2017
Teddy Riner, actionnaire et entrepreneur https://t.co/KPUOgijLk7 https://t.co/6AkLYz4NQx
20/02/2017
Patrick Gruau, l'homme qui véhiculait le pape https://t.co/qlnF7Uc3qK https://t.co/jCYk23TImu
20/02/2017
RT @SNCFDev: Fondé par Emmanuel et Charles, Secrets d’Architecture gère la construction de maisons dans le Pas-de-Calais https://t.co/SF17X…
20/02/2017
Issad Rebrab : “Nous prouvons que les entreprises algériennes peuvent créer de l’emploi et de la richesse”… https://t.co/fUPrfd5Hsy
20/02/2017
#Startup @Bpifrance mise 30K€ dans @PinotBleu_app https://t.co/bkRFuIKSZz #vin https://t.co/3VrYeHmmZs
20/02/2017
Karine & Jeff, le bonheur est dans le bio https://t.co/HOtXlltbfO https://t.co/nXGDUJgQjR
REJOIGNEZ LA COMMUNAUTE DES ENTREPRENEURS :