Accueil > Freelance : ces start-up qui surfent sur les nouvelles formes du travail

Freelance : ces start-up qui surfent sur les nouvelles formes du travail

Entreprendre.fr

Stimulé par le numérique et révélateur d’un profond désir d’indépendance, le travail en freelance a le vent en poupe. De jeunes pousses saisissent l’aubaine pour surfer sur ce nouveau modèle économique en train de transformer le monde du travail.

 

«Le freelance ? C’est la réponse de la nouvelle génération à tout ce qu’elle a entendu depuis qu’elle est née : que le CDI est dépassé, qu’il faut enchaîner les stages et les CDD, que les plans sociaux se multiplient… Face à ce rabâchage et à cette instabilité, au lieu de subir passivement leur salariat, beaucoup deviennent acteurs de leur vie professionnelle, dont ils veulent de plus en plus avoir le contrôle», analyse Vincent Huguet, cofondateur et CEO de Hopwork, une plate-forme qui met en relation freelances et entreprises.

 

à lire aussi

 

Le nombre de travailleurs en freelance, qui a été multiplié par 4 en près de 10 ans, avoisinerait les 700.000, dont 500.000 exclusivement dans les métiers liés à Internet. Exerçant dans des professions de services aux entreprises, près d’un tiers sont des développeurs (métiers techniques de programmation), un tiers travaillent dans les métiers de l’image (graphisme, vidéos…), le dernier tiers dans le secteur de la communication et du marketing (consultants, rédaction…).

 

«Typiquement, le freelance a la trentaine. Il ne sort donc pas de l’école. Jeune actif, il est souvent doué dans son domaine et a connu une ou plusieurs expériences en entreprise… où il s’est ennuyé, au point de se dire : “Et si je vendais directement mes compétences ?”».

 

Freelance : l'envie d’entreprendre

Le travail en indépendant n’en est qu’à ses débuts. En 2015, 37% des Français, soit plus de 1 sur 3, souhaitent créer une entreprise, en reprendre une ou se mettre à son compte. Un chiffre en croissance de 12% par rapport à 2014 et qui représente près de 20 millions d’entrepreneurs potentiels (Étude OpinionWay, janvier 2016), le taux le plus élevé mesuré depuis l’an 2000.

 

«Si l’intérêt des Français pour l’entrepreneuriat n’est pas nouveau, il a explosé ces dernières années. Plusieurs raisons à cela. D’abord, la fonction publique a subi une perte d’attraction immense, les jeunes ne souhaitant plus être fonctionnaires. Ensuite, l’entrepreneuriat a su se renouveler à travers le développement des nouvelles technologies et des jeunes pousses. Ces dernières ont largement contribué à moderniser l’image de l’entrepreneur auprès du grand public. Enfin, en raison de la situation économique, les Français se sont massivement tournés vers l’entrepreneuriat, d’une part pour disposer de revenus supplémentaires, d’autre part pour développer des compétences qui ne sont plus celles qu’ils exerçaient en entreprise», explique Frédéric Michaux, directeur des études chez OpinionWay.  

 

Cette nouvelle passion française pour l’entrepreneuriat s’explique également par la profonde mutation du monde du travail. «Derrière, il y a surtout une volonté des salariés de changer de vie. Pression commerciale accrue, difficultés de rémunérations, doutes quant à la pérennité, inquiétude par rapport au chômage... le monde de l’entreprise s’est durci, devenant moins épanouissant». Pour autant, franchir le pas entre salariat et entrepreneuriat reste difficile. Entre les deux, devenir freelance apparaît donc comme une réelle opportunité.

 

Économique et flexible

De leur côté, les entreprises s’adaptent à cette évolution structurelle du marché de l’emploi. S’appuyer sur un freelance est donc devenu monnaie courante. Flexibilité et maîtrise des coûts restent les données-clés qui les poussent à se tourner vers ces travailleurs indépendants. Solution alternative, le freelance offre généralement un coût du travail inférieur comparé à un salarié. Plus flexible en termes de plages horaires, il s’organise pour répondre à la demande.

 

«La révolution juridique et administrative qui s’est opérée récemment, avec notamment la création du statut d’autoentrepreneur et du microentrepreneur, a largement facilité la rencontre des donneurs d’ordres et des freelances», précise Frédéric Michaux.

 

Afin de faciliter la relation entre les deux acteurs de ce nouveau monde du travail, des jeunes pousses surfent sur ce marché émergeant avec la création de plates-formes spécialisées, comme Odesk, Elance, Kang, Hopwork, Creads, Codeur… Toutes mettent à disposition des entreprises clientes un large choix de profils et de compétences, assurant à leurs freelances visibilité et encadrement. Et leurs perspectives de croissance sont prometteuses puisque, d’ici 2020, 40% des travailleurs seront indépendants.

NOTRE KIOSQUE
En ce moment
A lire aussi
RECEVEZ
NOS DERNIERS
ARTICLES EN DIRECT
ABONNEZ-VOUS
Abonnement
04/12/2016
Les 6 erreurs les plus répandues des chefs d'entreprise https://t.co/OzvRQWJnKO https://t.co/Q8q6DehebK
04/12/2016
Hakim Benotmane régale la France avec FBH Food https://t.co/Z4fhcSp7LA https://t.co/dk4QWQ00sg
04/12/2016
Entreprises : comment en finir avec la réunionite https://t.co/kdWHiCIKhE https://t.co/u6OTgIv08j
04/12/2016
Arts de la table : Solexia se renforce https://t.co/UQsOLsUfRf https://t.co/jicWbtcMHe
04/12/2016
Que valent vraiment les dirigeants des grandes entreprises françaises ? https://t.co/dSKnLg8JuW https://t.co/G5cMAfmGOU
04/12/2016
La SNCF mise sur Allocab https://t.co/2F21aTfPrJ
04/12/2016
Viadeo est à un tournant https://t.co/AsRl4OP2p1 https://t.co/364RbuW1ib
04/12/2016
Entreprendre en restant salarié : devez-vous en parler à votre employeur ? https://t.co/SXJ3aFUvh4 https://t.co/X0LsjrEZvT
04/12/2016
Première pépite pour Shake Up https://t.co/xyJp3n5XJp https://t.co/qrDMRSncTg
04/12/2016
Daher invente l'industrie du futur https://t.co/Hgzk0QUEYK https://t.co/tXUCwaLMRF
REJOIGNEZ LA COMMUNAUTE DES ENTREPRENEURS :