Emmanuel Macron

Le débat public semble-t-il s’enlise. Si l’on en croit les tenants du pouvoir, comme on les nomme avec une condescendance amusée dans le cercle des beaux esprits, l’opinion s’affole.

Juchés sur le faîte de la tour crénelée de leur donjon mental, nos maîtres redoutent et scrutent l’horizon. C’est fréquent pour qui ne sait pas s’y prendre. L’avenir demeure le recéleur de tous les dangers possibles, surtout quand on commande. Ah !commander! Prévoir!, savoir? Derrière l’herbe qui verdoie et la route qui poudroie, quelle est donc cette troupe hétéroclite qui s’avance? Seraient-ce des manifestants mécontents? Des malades et des éclopés en rupture de listes vacantes vaccinales ? Qui sont donc tous ces Jacques en colère et cependant craintifs? L’électeur pardi!L’échéance galope qui projette la reddition des comptes. Hé oui! Le procureur c’est l’électeur! C’est ça qui gêne.

La Tulipe viendra-t-il leur chanter sa chanson comme à la belle époque de Soubise,  comprenez-vous? (paroles de Voltaire). J’engage vivement le lecteur que cette période catastrophique intéresse, à rechercher sur internet l’extraordinaire interprétation par Bourvil de la chanson de La Tulipe, adressée à la marquise de Pompadour:

Mais quand nous n’aurons plus de larmes,
Quand nous serons à bout de tout,
Nous saurons bien à qui, Madame,
Il nous faudra tordre le cou,
Comprenez-vous?

Nul n’ignorait en fait que la marquise de Pompadour avait incité le roi à désigner le duc de Soubise pour commander l’armée, un général quasi fou dit La Tulipe.

Il n’est pas inutile de visiter l’histoire. Soixante-six millions de procureurs? Pour le désastre de la bataille de Rossbach qui a vu l’écrasement de l’armée royale dirigée par Soubise, un seul a suffi, La Tulipe. Les paroles de sa complainte ont circulé dans tout Paris et bientôt dans toute la France. L’accélération de l’histoire, thèse développée par Daniel Halévy, cet immense penseur et historien, trouve ici sa confirmation. Entre Rossbach et la Révolution, il ne s’est écoulé que trente ans, mais aujourd’hui combien faudrait-il de temps pour que les prédictions s’accomplissent?Mais quand nous n’aurons plus de larmes …

Heureux Descartes, Larvatus prodeo dixit (j’avance masqué), dont le précepte  prudent mérite d’être salué ici pour sa clairvoyance prédictive. Oserais-je risquer la formule qu’enfant on me jetait au visage quand l’audace et l’irréflexion m’avait conduit à dépasser les normes: quel toupet!  Soixante-six millions de procureurs! Quel toupet! Rester masqué, certes, mais dans les limites de la raison et des convenances, ce n’est pas être bâillonné. Le pays allant bon gré mal gré vers la ruine organisée des classes moyennes qui sont justement celles où la liberté d’expression peut encore exister, ses membres ayant échappé au formatage jacassier en vogue chez les élites, le retour à une société de caste s’instaure. C’est le décret d’Allarde et la loi Le Chapelier sous la Révolution qui ont installé la démocratie en brisant les corporations, ancêtre des syndicats, et en permettant  la circulation de l’argent liquide par la création des assignats (billets de banque de l’époque). Ainsi l’individu libéré de la contrainte du nombre de ses semblables  pouvait-il à la fois penser, dire et agir. Le temps n’est vraiment  pas aux remontrances. Comment peut-on faire la leçon à des personnes que l’on ruine et dont les enfants peuvent se faire rouer de coup dans les rues par des inconnus, guère plus âgés que leurs victimes. Il est là le scandale et non pas dans l’exposé permanent de repentances et de révélations d’abus sexuels ou de ségrégation raciale dont les origines se perdent parfois au fond des décennies passées. Je le dis clairement, la circulation de l’argent liquide comme le maintien de la prescription pénale, sont protectrices de l’individu et de la liberté. Empiler textes répressifs les uns sur les autres ne libère que la mauvaise conscience des imbéciles, des peureux et des jaloux.

A force de dénonciation, l’Etat s’applique à totémiser le pilori. L’homme contemporain ne possède plus en somme que l’usage de sa propre vie dépourvue de tout support moral qui lui soit personnel, religion ou famille lui permettant la transcendance. L’épidémie nous ramène ainsi au troupeau. C’est la raison pour laquelle la docilité demeure la règle, sous la contrainte doucereuse d’incessants rappels à l’ordre, proférés au nom de la morale, cette arme souveraine de la servitude sociale.  Mais jusqu’à quand?

Comprenez-vous?

Jean-François Marchi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

2 + 6 =