Tribune. Re booster la France : mais ca pourrait peut-être , être enfantin voire réalisable.
Nous sommes un des pays les plus inventifs qui soit. Il faut se retrousser les manches , covid ou pas covid et s’ y coller avec un enthousiasme inégalé et constant et avec la fougue de la générosité propre à notre nation.
Churchill se plaisait a dire : « Il faudra du sang et des larmes ». On peut ajouter de l’humain et du cœur. Sortir des chiffres et des statistiques et parler au pays différemment pour être mieux entendu.
Somme toute très accessible à qui veut bien entendre.

Premier enjeu : L’agriculture

Ne nous trompons pas.
L’agriculture – les paysans – nos terres : c est aussi un des enjeux prioritaires d’avenir de notre pays.
C est l’ADN de la France.
Beaucoup de familles ont des racines ancestrales d’agriculteurs – ont des arrières-grands parents paysans, fermiers, éleveurs, céréaliers , propriétaires terriens, etc…
Ces questions societales touchent tout le monde.

Pendant un an et demi, sous la direction d’André Villiers, député de l’Yonne, nous avons réuni plus de 40 députés et sénateurs, toutes tendances confondues, chaque semaine.
Sans relâche, ils ont travaillé, auditionné, proposé sur les sujets transversaux de l’agriculture, de nos fiers paysans, du climat , de l’alimentation, de la ruralité, etc… Passionnant, passionnés. Ils sont prêts à aller beaucoup plus loin.

Naturellement, j ai regardé les émissions de « France 2 », hier , mardi 23 février 2021. Bon début et les invités étaient bien choisis et certains discours très pertinents.
Il reste à additionner les énergies.
Il reste tout à faire .
Nous avons des propositions aussi étonnantes qu’efficaces.
Les députés et sénateurs de la République sont prêts à s’engager et travailler avec le Ministre de l’agriculture et Président de la République pour un sujet qui doit être sans étiquette politique. Le chantier est énorme.
Avec un peu de bon sens, nous pourrions repartir à l’assaut de l’intelligence opérationnelle et tant attendue au service de l’agriculture.

Les enjeux sont importants et seront vitaux dans 10 ans :
préservation de notre indépendance alimentaire, climat et dérèglement climatique, alimentaire et sécurité alimentaire, ruralité, transmission des fermes (200 ferment actuellement par mois), apprentissage et emploi pour les jeunes, ne serait-ce que pour une expérience d’un an, lutte plus active contre les suicides, à raison de 1 tous les 2 jours, etc…

Que de sujets concrets qui parlent à toute la population et dont les acteurs espèrent en des jours meilleurs.

Ce billet se veut court et un appel à toutes les bonnes volontés.

Ghyslaine Pierrat
Spin doctor
Docteur en communication politique et économie
Auteur de « La communication n’est pas un jeu » et «  Emmanuel Macron et les autres…»,
aux éditions de l’Harmattan-paris.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

2 + 3 =