Par Vincent Chaudel en collaboration avec Karim Dronet, journaliste radiotélévision au Maroc pour le Groupe Eco-Médias (L’Economiste / Atlantic Radio ) et fondateur du site sportpro.ma

À l’évidence, ce 10 décembre 2022 restera dans la mémoire collective des Marocains un peu ce que le 12 juillet 1998 est pour les Français : un moment de liesse, une émotion collective ET positive. Quelque soit l’issue de la demi-finale contre les Bleus, les Lions de l’Atlas auront boosté le moral des Marocains. Et si le parallèle avec France 98 venait à se vérifier, le PIB du Maroc pourrait avoisiner les 135 milliards d’euros. Réponse en 2023 !

Le « phénomène des Lions de l’Atlas » gagne le cœur des Marocains et au-delà. Historique, phénoménal, incroyable … les adjectifs et les superlatifs s’étalent depuis quelques jours à la Une des journaux du Maroc et bien évidemment dans toutes les discussions des Marocains et des Marocaines pour décrire le parcours extraordinaire des Lions de l’Atlas dans ce Mondial au Qatar. « Ils ont la Niyah ! », entendez en Marocain, la foi, selon certains, ou l’incrédulité, selon d’autres, d’avoir déjoué tous les pronostics. Aujourd’hui, le cœur du peuple marocain vibre comme un seul homme.

De Tanger à Agadir en passant par Rabat, Casablanca, Marrakech ou Fès, des millions de Marocains sont descendus dans les rues en ce samedi 10 décembre pour célébrer cette qualification historique de la sélection marocaine de football en demie finale d’une Coupe du Monde, la première fois dans l’histoire du football africain et du monde arabe. À l’image de l’attaquant marocain, Soufiane Boufal, embrassant la tête de sa mère venue le rejoindre sur la pelouse à l’issue de la victoire du Maroc sur le Portugal de Cristiano Ronaldo, on a vu dans les rues des villes marocaines des centaines de milliers de fils et de filles embrasser leurs parents, se congratuler et s’extasier devant l’exploit de leurs Lions.

On est d’ailleurs bien loin de la réaction, plus que tardive, des politiques et du gouvernement marocain qui n’ont commencé à s’exprimer que ce lundi pour saluer la performance de leur équipe nationale et la détermination des Lions de l’Atlas. Il faut dire que ces derniers avaient été largement précédés en cela par le Roi Mohammed VI qui était lui descendu en voiture, drapeau marocain à la main, pour saluer la foule des supporters dans les rues de Rabat quelques heures après la brillante victoire des Marocains sur la Roja espagnole en quarts de finale de ce Mondial 2022.

Aujourd’hui, grâce à cette qualification pour le dernier carré de la compétition, c’est aussi tout le monde arabe et africain qui salue la performance de la sélection marocaine. Les Marocains ont d’ailleurs vivement apprécié l’enthousiasme des Israéliens qui ont, eux-aussi, exprimé leur joie sincère après cette qualification historique, et ce moins d’un an après le début de la normalisation des relations entre l’Etat hébreu et le Royaume chérifien.

Aujourd’hui, c’est aussi tout le Maroc qui s’est paré aux couleurs nationales, drapeau rouge frappé de l’étoile verte chérifienne, pour célébrer ce moment unique et exceptionnel dans l’histoire du Maroc. Même l’équipementier Puma, les principaux distributeurs (Go Sport et Sporteo) et les marchands ambulants n’arrivent plus à faire face à la demande de maillots de l’équipe nationale marocaine, de drapeaux ou autres écharpes aux couleurs du Maroc. Ils sont au bord de la rupture de stocks ! Assurément, depuis quatre jours, le peuple marocain, du Maroc et d’ailleurs, est sur un nuage.

« On vit un rêve éveillé. Vous imaginez le Maroc en demie finale de la Coupe du monde ! Je suis heureux d’avoir vécu cela et pour mes enfants, c’est un souvenir qui restera ancré dans leur mémoire toute leur vie ! », nous a confié ce cadre de l’administration marocaine. C’est bien là l’une des leçons à retenir de ce moment incroyable pour le football marocain, la communion de tout un peuple autour de son équipe et l’impact socio-économique que suscite aujourd’hui cet événement exceptionnel. C’est sans doute aussi la preuve, comme le disait le vice-président des Emirats Arabes Unis, que « impossible n’est pas marocain ! ».

Vincent Chaudel en collaboration avec Karim Dronet, journaliste radiotélévision au Maroc pour le Groupe Eco-Médias (L’Economiste / Atlantic Radio ) et fondateur du site sportpro.ma

Lire aussi :

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

1 × 1 =