« Chers Éditeurs,

Nous entrons en période d’élection, je suis désormais systématiquement attaqué par Roland le Néel, mon colistier de 2016. Pour faire cesser toute désinformation, je souhaite porter à votre connaissance quelques éléments factuels. Roland le Néel a décidé de démissionner de son poste d’administrateur au bout de 5 ans (25 jours avant la fin de son mandat !). Il dit vouloir protester contre les décisions et les méthodes de notre gouvernance. Voici les faits : notre Conseil s’est réuni 48 fois en 5 ans, 178 décisions ont été prises, 166 à l’unanimité et 12 à une très large majorité.

Trois jours avant sa démission, Roland le Néel a apporté son total soutien à la présidence en votant un satisfecit pour le travail accompli ! Seul, je n’aurais rien pu faire. Roland le Néel m’accuse d’avoir centralisé le pouvoir avec quelques administrateurs. C’est faux et injuste. Appuyés sur le Comité des finances, le Comité de crise, le Codir et les équipes de la Messagerie, pendant 5 ans, chaque jour, nous nous sommes battus pour défendre vos droits, vos affaires et vos marges.

• Nous avons fait baisser les barèmes dès 2017.


• Nous avons réussi à mettre fin aux gabegies du système informatique commun.


• Nous avons obtenu une contribution « exceptionnelle » de seulement 1 % pour les éditeurs de MLP (elle est de 2,25 % pour ceux de Presstalis).


• Nous n’avons rien lâché, nous nous sommes battus jusqu’à obtenir l’arrêt et la restitution de cette contribution inique.


• Nous avons mis la Messagerie sous cape pour la protéger du désastre de l’effondrement de Presstalis.


• En 3 semaines, nous avons remonté un réseau national sur les décombres de notre filière.

Les propos de Roland le Néel déconsidèrent outrageusement le travail exceptionnel des administrateurs de votre Conseil. Ils se sont battus à mes côtés pour défendre notre Messagerie. Beaucoup de monde et d’institutions ont essayé de nous déstabiliser, la cohésion de Conseil, la force de la collégialité de nos décisions ont permis à MLP de survivre à la plus grande crise de l’histoire de notre filière.

Quant aux équipes de MLP, elles se sont surpassées. Elles ont été à la hauteur de l’enjeu historique ; elles ont sauvé notre filière. Mais il n’y a pas de Messagerie leader ou challenger. La confiance se mérite, chaque jour.

Barèmes : rien n’est figé.

A l’été 2020, l’Arcep, le nouveau régulateur, nous a demandé de modifier nos barèmes. Ils ont réitéré leur demande au printemps 2021. Nous avons toujours considéré que c’était à nos éditeurs de valider les barèmes. Nous ne changerons jamais de point de vue sur ce point. Notre conseil a toujours défendu les marges des éditeurs. Notre priorité pour l’été sera de raccourcir les délais des paiements.

Assortiment, plafonnement… Nous négocions pied à pied, sans démagogie. La situation est fragile, les équilibres précaires, personne ne doit jouer le chaos, ce serait suicidaire. On ne nous fera pas de cadeau… C’est pourquoi, j’ai l’honneur de vous demander de reconduire notre équipe. Nous connaissons bien les dossiers, la situation, les enjeux. L’ensemble des administrateurs, dont les mandats arrivent à échéance, se représentent, vous pouvez retrouver sur le site MLP.fr, leur lettre de motivation.

Nous serons également amenés à faire entrer de nouveaux administrateurs, qui seront choisis parmi ceux qui se présentent et dont vous trouverez, également sur le site, les lettres de motivation. Si vous ne pouvez pas vous rendre à l’Assemblée Générale, nous vous invitons soit à voter par correspondance, soit à adresser le formulaire unique de vote en donnant votre pouvoir au Président de l’Assemblée.

José Ferreira pour le Conseil d’Administration

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

dix-huit + 3 =