Après, Arcelor , Pechiney, Alstom, Alcatel, Lafarge, Sacilor, les chantiers de l’Atlantique, Aldebaran, les Lacoste Ducros, Rossignol, Coq Sportif, le club Med, 5 entreprises dans le domaines de la santé, et combien d’autres dans tous les domaines, Latécoére il y a peu, Photonis, nos vins, nos infrastructures, nos terre arables, nos ports (Marseille, le Havre passés en partie sous pavillon chinois) etc : voici que le mariage entre deux entreprises tricolores de premier plan risquent d’être mises en mauvaise situation, à cause d’une intervention malveillante d’un fonds de pension vautour américain. Nul doute que le but recherché est de faire passer d’une manière ou d’une autre nos deux pépites sous pavillon étranger.

Nous ne le répéterons jamais assez, la part de notre industrie, qui pourtant était le corollaire de notre politique de puissance, a perdu la moitié de sa force dans le PIB. L’agriculture se meurt et les services ne créent que du sous emploi et des revenus inférieurs à ce qu’ils étaient avant le «mondialisme »

Tous les budgets de l’Etat sont déficitaires, la France a perdu la moitié de ses parts sur le marché mondial et même à l’intérieur de son pré carré , pourtant si bien entretenu en Afrique de l’Ouest, la France a aussi perdu la moitié de ses parts de marché abandonnées à d’autres puissances, plus entreprenantes qu’elle.

Par manque de courage, par peur d’investir, par naïveté, par manque d’esprit de conquête, depuis les années 90, pendant lesquelles le politique s’est esbaudit devant le monétarisme venu des Etats-Unis où M Friedman l’avait porté sur les fonds baptismaux et devant le mondialisme imposé par Madame Thatcher. La France, depuis, mal dirigée et uniquement portée à détruire l’héritage laissé par le Général de Gaulle, a reculé et recule toujours dans de nombreux domaines.

Aujourd’hui, ce sont deux entreprises françaises de premier plan : CAPGEMINI 1ère entreprise de service du numérique en France, (n° 6 mondial) et ALTRAN l’une des meilleures au monde pour le conseil et les services informatiques, principal groupe en matière de services ingénieries et de la R et D, qui sont menacées.

Une OPA amicale a en effet été lancée par CAPGEMINI sur ALTRAN après accord des deux parties. LE groupe ainsi formé devenait mondial et puissant, pouvant se mettre aussitôt au service de la transformation digitale des entreprises industrielles. Un sérieux atout pour la France

Cette fusion des deux groupes offrait un positionnement unique sur des secteurs prometteurs, comme l’aéronautique, l’automobile, les sciences de la vie, les télécoms etc etc) et plaçait la France aux premiers postes dans ce domaine essentiel pour l’avenir.

Tout était prévu : accord des deux groupes, autorisations, même le financement : achats des actions (14 euros l’une) pour un total de 3,6 milliards et la reprise d’un endettement de 1,8 milliard étaient programmés CAPGEMINI avait même sécurisé son financement.

Donc tout allait pour le mieux, sauf que : malgré les discours, les lois votées, décrets et autres protections :

Malgré la loi Pacte, qui permet de contrôler les investissements étrangers et qui est sensée protéger les intérêts publics dans les entreprises sensibles

Malgré l’obligation faite aux entreprises étrangères d’obtenir une autorisation préalable pour pouvoir investir dans nos entreprises oeuvrant dans les secteurs stratègiques , dont l’intelligence artificielle.

Malgré le décret Montebourg qui avait désigné et élargi les secteurs sensibles

Malgré les droits exceptionnels détenus par l’Etat qui ainsi, pouvait avec s’opposer aux transferts de propriétés intellectuelles de nos entreprises, mais aussi aux implantations de certaines de nos entreprises hors de France, ou des cessions d’actifs

Malgré ces fameux «tickets » que détient l’Etat et qui doivent lui permettre de bloquer des achats hostiles

Malgré le fait que le digital doit être super protégé

L’ Etat, dont le Chef actuel prononce des discours de repentance contre le colonialisme, a laissé un fonds vautour étranger ; ELLIOT, envahir le capital d’une des deux sociétés afin de la réduire en esclavage.

Ce Fonds, connu pour être le plus dur, rappelons l’affaire APRR en France où Elliot , entré au capital a été condamné pour avoir manipulé les cours de bourse

Rappelons les affaires de dettes souveraines qui touchent l’Argentine, le Congo, le Pérou, ou malgré le fait que les créanciers avaient abandonné une partie du montant de leurs créances, le Fonds avaient acheté ces dernières à bas prix et demandé à la justice de récupérer la totalité du montant de la créance : manière honteuse de se faire de l’argent sur le dos de populations dejà affamées.

Expert en son domaine : l’achat de dettes « déclassées » et de titres dépréciés, le fonds pénètre partout où cela peut rapporter : Pernod Ricard par ex ou détenteur de 2,5% du capital le fonds vautour veut imposer sa loi ; celle de l’argent à gagner très vite en supprimant l’investissement.

Pour Altan, le fonds a utilisé les « Equity swaps », une forme de contrat qui vous permet de ne pas verser un sou et de pourtant détenir des parts et surtout des pouvoirs. Produit dérivé qui porte sur des actions. On échange des « performances » sur des actions ou des indices boursiers, contre un taux d’intérêt, sans avoir à avancer le moindre kopeck.

Il suffit par exemple, de transformer la dette d’une société envers une banque, un fournisseur ou qui que ce soit, en capitaux propres : En clair;les créanciers renoncent à leurs créances et reçoivent à la place des parts sociales ou actions de leurs anciens débiteurs.

Affaire de spécialistes du monde de la spéculation, c’est la preuve que cette spéculation rapporte beaucoup plus et surtout plus vite que la production.

Si nous en croyons ce qui se passe chez ALTRAN et malgré les obstacles installés par la France, certains ont fait entrer dans le poulailler « entreprises françaises », le renard « fonds vautour »

Que s’est-il passé ? CAPGEMINI a dit aux actionnaires de ALTRAN : « je vous achète vos actions au prix de 14 euros » (30% au dessus du cours de bourse) Aussitôt Le Fonds vautour a dit NON 30% de gains pas assez. L’affaire OPA amicale qui a démarré le 16 octobre 2019, devrait se terminer le 20 janvier 2020 est ainsi mise en danger et si l’Etat n’intervient pas, s’il n’utilise pas ses armes de défense, voulues par le peuple de France, une fois encore nous verrons s’éloigner toute chance de former un fleuron Français à l’échelon mondial. Nul doute qu’ensuite d’autres opérations feront basculer nos deux entreprises sous pavillon étranger.

Déjà certaines manipulations ont été lancées et le cours des actions Altran a subitement grimpé/ Attendez ; des naïfs qui sachant que l’action sera payée 14 euros , l’achètent à un prix supérieur ?, Non des contrats ont été achetés par le fonds vautour qui espère pouvoir se positionner sur le marché à de meilleures conditions ET NOUS NOUS LAISSONS FAIRE pour que ELLIOT gagne de l’argent en mettant en péril, deux sociétés, des centaines de milliers d’employés et nos intérêts nationaux ; Il est temps d’intervenir et d’imposer à ce que nos intérêts FRANCAIS soient effectivement défendus.

Henri Fouquereau