Alain Goetzmann, Coach et Conseil en Leadership & Management

Au cours d’une récente étude conduite par le coach américain Marshall Goldsmith, étude portant sur un nombre impressionnant de dirigeants et de futurs dirigeants mondiaux à haut potentiel, il est apparu que les qualités fondamentales du leader de demain étaient au nombre de cinq.

1. Penser global

Les dirigeants, par le passé, étaient surtout concentrés sur leur marché domestique. L’export avait son importance mais le pays dans lequel ils exerçaient était celui qui les influençait. À l’avenir, ils devront embrasser le marché mondial, dont les exigences sont multiples et d’une grande complexité.

2. Favoriser la diversité culturelle

Au sein des entreprises, de tous temps, dirigeants des salariés étaient issus de la même région, de la même culture et avaient la même histoire, ce qui facilitait grandement les rapports humains. Demain, et le télétravail va beaucoup y contribuer, il faudra diriger des ressources humaines de culture et d’appartenance à des ethnies différentes. C’est une autre affaire. Mais l’enrichissement intellectuel et l’ouverture d’esprit que suscite cette diversité est un atout irremplaçable pour favoriser la croissance.

3. Se former aux nouvelles technologies

Nous vivons dans un monde qui voit les technologies évoluer très rapidement. Il appartient aux leaders d’être capable de les appréhender. Comment toutes ces nouvelles technologies vont-elles avoir un impact sur leur activité ? Cela suppose qu’ils fassent l’effort de les assimiler ; qu’ils mettent leur égo de côté et acceptent que des plus jeunes les y initient. Il n’est pas nécessaire qu’ils en deviennent des spécialistes, mais il est indispensable qu’ils en comprennent l’impact sur leurs affaires.

4. Nouer des alliances et des partenariats

Il ne suffit pas de diriger. Il faudra aussi raisonner de façon transversale, chercher les alliés, pas forcément des concurrents, mais pourquoi pas, après tout, sans enfreindre les lois sur le respect de la concurrence. Les exemples sont déjà nombreux de ce qu’on appelle la coopétition, la concurrence dans certains domaines, la coopération dans d’autres. La rapidité du renouvellement des produits et des services exige souvent des moyens qu’une entreprise seule n’a pas.

5. Partager le leadership

Pour aller vite, il faut désormais gérer des femmes et des hommes qui, dans leurs spécialités, sont beaucoup plus compétents que vous. Cela bouscule le système hiérarchique habituel et prive les dirigeants des attributs de l’autorité verticale. Comment, en effet, donner des ordres à plus compétent que soi ? Le leader de demain sera un facilitateur, un modérateur, quelqu’un qui fédère les compétences et les énergies autour de lui, qui fera en sorte que son entourage manifeste lui aussi un vrai leadership sur ses propres équipes.

Le dirigeant de demain sera un leader parmi les leaders, un primus inter pares et non plus le chef flamboyant de la vieille économie.

Alain Goetzmann, Coach et Conseil en Leadership & Management

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

trois × 3 =