Par Rajat Khare, CEO et Fondateur de Boundary Holding

Les sociétés de capital-risque européennes ont commencé à prendre conscience de l’importance des cleantech pour transformer le monde.

L’Europe subit des sécheresses sans précédent, jamais vues dans l’Histoire. L’assèchement de la Loire en France a suscité un émoi sans précédent, éveillant les consciences sur la situation de l’environnement dans le monde. Une situation qui a attiré l’attention sur les entreprises à la pointe de l’innovation dans le domaine des technologies vertes. Or, le rêve d’une Terre neutre en carbone ne sera qu’une chimère tant que nous n’aurons pas de personnes pour financer un objectif aussi ambitieux. C’est là que le rôle des capital-risqueurs entre en jeu.

CleanTech est un terme générique popularisé vers 2002 pour décrire les technologies vertes et propres vers lesquelles les investisseurs en capital-risque se sont tournés, les voyant comme la Next Big Thing des investissements dans la tech.

La technologie climatique, vise spécifiquement à lutter contre le changement climatique et est donc définie comme tout nouveau business model et toute nouvelle technologie qui atténue les effets et les facteurs des émissions mondiales de gaz à effet de serre responsables du changement climatique.

En établissant une cartographie des capital-risqueurs spécialisés dans le domaine des cleantech, nous devons garder à l’esprit que ce secteur devrait atteindre 423,7 milliards de dollars d’ici 2026, avec un taux de croissance annuel combiné de 6,9 %. Il s’agit d’une occasion unique pour les sociétés de capital-risque de financer des entreprises tech avec de fortes perspectives de rendement. Financer des technologies responsables et rentables est une configuration optimale pour toutes les parties prenantes.

Des sociétés de capital-risque de premier plan telles que Norrsken, Eurazeo, Rockstart, Ubermorgen Ventures, Boundary Holdings, Pale Blue Dot, entre autres se sont lancées dans ce domaine. Leurs investissements portent sur des secteurs tels que l’énergie solaire, les véhicules électriques, les énergies renouvelables, la green food (alimentation éco-responsable) et la gestion responsable des déchets. Ces investissements ont joué un rôle déterminant dans l’adoption de ces technologies dans le monde entier, avec un énorme potentiel de développement.

Boundary Holdings, une société de capital-risque basée au Luxembourg a été le fer de lance en Europe d’investissements dans des entreprises de ce secteur. Des entreprises comme Skilancer Solar, spécialisée dans la fourniture de services professionnels permanents de nettoyage des panneaux solaires. Les entreprises du secteur solaire seront la clé de la sécurité énergétique en se substituant aux énergies conventionnelles comme le thermique.

Fondée en 2015, Japet est une entreprise française connue pour être pionnière en matière de wearable medicine et bénéficié d’un financement de Boundary Holding. Japet est le partenaire des entreprises dans l’industrie, la logistique dans leur volonté d’améliorer la santé sur les lieux de travail et l’intégration d’exosquelettes.

Les sociétés de capital-risque jouent un rôle déterminant dans la structuration de la du paysage des cleantech en Europe. Dans un contexte de dégradation de l’environnement, il y a des défis à relever.  Les relever avec succès nous permettrait, en tant qu’êtres humains responsables, de laisser un monde meilleur aux générations futures.

Rajat Khare, CEO et Fondateur de Boundary Holding

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

15 − quinze =