C’est un succès mondial en puissance actuellement en œuvre sur la Côte d’Azur ! Co-fondateur et Président de Nicecactus.gg, Mike M. Hessabi a co-fondé en 2017, avec Alexandre Amoukteh, la start-up Nicecactus, une plateforme de « social & competitive gaming ».

Son ambition ? Connecter les entreprises et les marques avec les « Digital natives » (génération X, Y & Z) de manière immersive en utilisant l’environnement du jeu vidéo, du gaming de masse et du e-sports. Pionnier du Web 3.0, passionné par les nouvelles technologies et la communication, Nicecactus apporte une solution incontestablement disruptive aux marques et aux entreprises qui peinent à communiquer avec les millénials.

Quelle est la jeunesse de Niceactus ?

Mike M. Hessabi : J’ai repéré cet environnement captif des jeunes générations de « digital natives » en observant le comportement de Sasha, mon fils cadet, qui jouait à des jeux vidéo et regardait très attentivement des rediffusions. J’ai par ailleurs côtoyé d’autres gamers qui m’ont incité à m’intéresser davantage à cette industrie. J’ai partagé ma vision avec Alexandre, alors Senior Partner chez Boston Consulting Group, qui m’a conforté dans ma démarche et m’a rejoint pour co-créer le concept disruptif de Nicecactus.

Quel est l’ADN de Nicecactus ?

M.H. : C’est une plateforme hautement technologique faite par les gamers pour les gamers qui fait appel à des modules d’intelligence artificielle. Notre offre se décompose en deux segments. L’une s’adresse aux consommateurs (offre B2c Nicecactus Gamer Plateform), l’autre s’adresse aux entreprises (offre B2B Nicecatus Gaming services).

Quelles ont été les moments charnières depuis la création de l’entreprise ?

M.H. : Les différentes étapes du développement technologique de notre plateforme dans laquelle nous avons investi plus d’une dizaine de millions d’euros ont été jusqu’à présent franchies avec succès, si l’on en juge, à date, l’évolution de Nicecactus. L’acquisition de Glory 4 Gamers, première plateforme française de tournois automatisés, et de la société Skillinked, pionnière des modèles innovants de « Online Training » (formation en ligne, Ndlr) furent également des moments clés de notre développement. Sans oublier le début du déploiement commercial de notre offre en septembre 2020, mais aussi l’atteinte des 2 000 tournois en ligne et des 1.500.000 inscrits sur notre plateforme.

En quoi la plateforme de jeu Nicecactus est-elle disruptive ? Quelle vision de l’e-sport portez-vous ?

M.H. : Rappelons tout d’abord que nous sommes bien plus qu’une plateforme de jeux dans la mesure où celle-ci est dotée de modules d’intelligence artificielle qui permettent de détecter et d’accompagner dans leur évolution, les gamers talentueux venus de tous horizons et de tous niveaux. Cette approche, également proposée aux entreprises, présente un double avantage. Élargir la communauté de tous les passionnés de gaming et détecter les meilleurs d’entre eux en les accompagnant, pour certains, à devenir de vrais professionnels voire même des champions. La plateforme héberge des tournois (foot, course automobile, jeux de combat, e-sport, danse), propose des formations automatisées ainsi qu’un suivi des performances des joueurs, par une méthode innovante et différenciante.

S’agissant de nos offres B2B et marques employeurs à destination des marques, celles-ci permettent aux entreprises de répondre concrètement à un défi majeur qui est celui d’entrer en communication avec une génération dont les codes de consommation et les comportements sont très différents des générations précédentes. En dernier lieu, nous constatons que l’intégration de nos offres B2C et B2B dans une seule et unique plateforme, imaginée et conçue en ce sens, présente un très vif intérêt en terme d’agilité et d’optimisation des objectifs de communication digitale poursuivis par les marques.

Quid de la solution globale « All-in-One » développée par Nicecactus ?

« All-in-One » est une solution B2C – Compete, Train, Track and Connect (Concourir, former, suivre et mettre en relation) – comportant également une dimension B2B. Nous avons investi plusieurs millions d’euros dans notre technologie de gestion de tournois dont nous sommes propriétaires. Hautement scalable, disponible à l’échelle mondiale et régionalisable, cette technologie nous permet d’ajouter rapidement de nouveaux jeux (30 jeux disponibles à ce jour, tels que Fortnite, Call of Duty, FIFA 21, etc., Ndlr). Nous sommes fiers d’afficher plus de 1,5 millions d’utilisateurs enregistrés, et ce chiffre ne cesse de croître. Nous disposons également de plus de 474 modules de formations et d’entraînements basés sur la data des joueurs. La plateforme « All-in-One » connaît l’une des croissances les plus rapides d’Europe.

La nouvelle génération « digital natives » implique-elle de repenser les modèles de partenariat et de sponsoring ?

Oui, il y a clairement un changement de paradigme. L’ancien paradigme n’est plus adapté ni aligné sur les exigences de cette nouvelle génération. Le jeu vidéo répond à un plus grand nombre de leurs critères : vitesse, instantanéité, changement, interaction entre amis… Le jeu vidéo, et plus particulièrement le mode « multi-player », qui permet la participation à des compétitions, est devenu une extension de leur vie sociale. Ils sont nombreux à se retrouver virtuellement dans l’environnement d’un jeu pour jouer, se parler, se divertir…

Les compétitions de jeux vidéo sont donc devenues un environnement très captif pour cibler les « digital natives ». Nous nous appuyons sur notre position de leader sur le marché de masse du jeu vidéo compétitif pour proposer aux marques une approche « tout-en-un » combinant les trois vecteurs nécessaires pour atteindre efficacement la génération plus insaisissable des millénials : connecter et divertir ; avoir la crédibilité et l’authenticité requises ; inciter les millénials cibles à promouvoir les marques. Grâce à notre offre disruptive, Nicecactus se positionne comme le pionnier et le leader de cette connexion authentique entre cet environnement captif des « digital natives » et les sociétés de toutes tailles, soucieuces de se connecter et de se faire adopter durablement par cette cible particulièrement difficile à atteindre.

Quelles sont les attentes de cette nouvelle génération ?

Ces générations Y et Z consomment les médias différemment des générations précédentes. Elles détestent les actions « intrusives » qu’elles considèrent comme un véritable repoussoir, mais se montrent réceptives à une approche inclusive et authentique. Elles fuient la dimension statique et aiment ce qui est dynamique et changeant. Les millénials ayant un temps quelques secondes en ayant à l’esprit qu’ils apprécient le divertissement et sont friands de récompenses instantanées. Les enfants du numérique intègrent très instinctivement le réel (offline) et le virtuel (online).

Quelle expérience offrez-vous aux gamers ?

Nous leur apportons une plateforme mondiale pleinement inclusive permettant à tout gamer de participer à des compétitions, de se former et de progresser sur une grande variété de jeux qui ne sont pas uniquement des jeux pro e-sport, par une restitution et un suivi de ses performances à travers un tableau de bord. Au-delà des cash prize qui sont attribués pour chaque compétition, nous leur offrons une expérience complète « compete, train, track & connect ».

Comment favoriser l’interaction et le dialogue avec la marque ?
Le concept hautement avancé de « Nicecactus Gaming Services » connecte les entreprises – les marques – et les administrations avec les millénials de manière immersive en tirant parti de l’environnement des jeux vidéo compétitifs. Bien plus puissante que la publicité statique (passive), nous leur permettons de se « connecter » activement avec les millenials. Nos services sont soutenus par la crédibilité que nous leur apportons à travers « Nicecactus Gamer Platform » et notre cœur de compétences qui consiste à aider les joueurs de tous niveaux à s’engager dans la compétition, s’entraîner et progresser.

Nos clients sont des entreprises de toutes tailles : des administrations publiques (la Principauté de Monaco) et des clubs (équipes de football). Notre public cible est constitué de joueurs de tous niveaux et nous visons le marché de masse des millénials qui continue de croître à un rythme exponentiel.

En quoi consiste le « social gaming » et quels en sont les enjeux ?

Il s’agit des jeux en ligne intégrant une dimension sociale. Les joueurs retrouvent leurs amis et jouent avec eux à une même partie dans un rapport d’équipe ou d’adversaire. Le « social gaming » se distingue par son caractère multi-joueurs, communautaire et compétitif ou partenariat du jeu. L’essor du « social gaming » est porté par trois principaux leviers : le développement des réseaux sociaux, la mise sur le marché des nouveaux mobiles et la forte démocratisation des jeux vidéo. Les jeux sur les réseaux sociaux attirent des millions de personnes à travers le monde et représentent une véritable économie qui se développe de manière vertigineuse.

En quoi consiste votre approche « Gamer Centric » ?

Notre offre B2C est native : elle est faite pour tous les gamers, dans leur intérêt et d’une manière pleinement inclusive. L’intérêt du gamer est au cœur des stratégies que nous déployons, y compris dans les actions menées pour le B2B qui offrent plus d’opportunités de compétitions, de progrès et de visibilité à un plus grand nombre de gamers et dans un très grand nombre de pays à travers le monde.

Quelle valeur ajoutée apportez-vous aux marques sponsors et aux annonceurs ?

Les grandes marques éprouvent d’importantes difficultés à approcher les millénials avec lesquelles elles peinent à communiquer efficacement. Notre offre B2B à destination des marques annonceurs et marques employeurs leur permet de répondre concrètement à un défi crucial : réussir à communiquer et à se connecter d’une manière effective avec les « digital natives » au vu des différences comportementales notables entre cette génération et les générations antérieures.

Comment décrire votre environnement concurrentiel ?

Aujourd’hui, le gaming rassemble 2,5 milliards de personnes dans le monde. Le marché du jeu vidéo pèse plus que les marchés du cinéma et de la musique cumulés. Il n’y a plus de « culture gaming » car pour les nouvelles générations, le gaming fait désormais partie de la culture au sens large. Grâce à la structure de sa plateforme et à ses concepts B2C et B2B, Nicecactus a l’avantage de couvrir avec une plus grande célérité son marché d’une manière horizontale alors que nos concurrents, qui se positionnent sur l’une ou l’autre des verticales de ce marché, éprouvent plus de difficultés. Cela étant, si leur offre est réellement pertinente par rapport à Nicecactus sur leur verticale, ces acteurs concurrents peuvent devenir partenaires C’est ainsi que nous avons intégré – à de rares occasions – quelques modules extérieurs avancés sur notre plateforme.

Quels seront les objectifs de Nicecactus à court et moyen termes ?

Nous allons finaliser l’intégration de modules technologiques encore plus innovants et complémentaires sur notre plateforme actuelle. Au-delà de notre déploiement commercial européen qui va s’accentuer l’année prochaine par l’organisation d’événements de grande envergure, nous ambitionnons de conquérir de nouveaux marchés, particulièrement en Afrique, dans les Caraïbes, sans oublier le marché américain et sud-américain qui présentent de très forts potentiels de croissance.

C’est dans cet élan que nous organisons l’« International AFRICA Gaming Cup » impliquant les 54 États du continent avec le soutien appuyé du Bénin où se déroulera la grande finale ainsi que le « Caribbean Esports & Gaming Cup » avec le support de la région de la Guadeloupe et dans le cadre de la Route du Rhum. S’y ajoutent la réédition du « Monaco Gaming Show » organisé avec la Principauté de Monaco et le lancement de « Dubaï DMCC Show » à l’occasion de l’exposition universelle à Dubaï.

Propos recueillis par Isabelle Jouanneau

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

4 − 3 =