Par Robert Acouri, président du groupe Cider

Tribune. En matière de RSE, exit l’inacceptable corporate bullshit et place aux actes. Du recrutement au traitement global de la carrière, les entreprises doivent désormais veiller activement à concevoir un climat propice aux différences dans le respect de la vie privée. Comment cultiver le «  mieux-être  » ensemble en entreprise ?

L’équité de traitement n’est plus une option

Accueillir la différence au sein de ses équipes est un enjeu majeur pour les employeurs. Leur incombe la responsabilité de proposer des leviers concrets pour y parvenir… à condition que l’entreprise comprenne que l’inclusion est vectrice de créativité et d’innovation et, plus globalement, de bien-être au travail et d’engagement des collaborateurs.

Si la diversité est une première approche, elle ne suffit plus. Et pour cause ! Elle continue d’opérer par type de population… les stigmatisant au passage : les femmes, les personnes en situation de handicap, les jeunes, les seniors, les LGBTQIA… L’entreprise doit jouer un rôle fédérateur et c’est bel et bien à ce titre que la notion d’inclusion doit se conjuguer à celle de diversité. Il s’agit là d’accepter les individus quelle que soit leur singularité et faire en sorte qu’ils parviennent à collaborer.

L’acte est avant tout éthique. Celui d’offrir une place dans l’entreprise à chacun, sans condition. Mais cet objectif – de prime abord évident – doit être clairement engagé par l’entreprise pour qu’il devienne alors naturel. L’ambition d’attirer et d’intégrer au mieux des collaborateurs de divers horizons doit se traduire concrètement à tous les niveaux de la direction et du management et dans tous les processus RH : recrutement, accueil et intégration, gestion des carrières et accès à la formation.

Accompagner l’égalité des chances

Selon le Forum économique mondial, en 2020, les femmes représentaient seulement 36 % des managers en poste dans le monde. Si c’est un peu mieux qu’en 2019, à ce rythme, il faudra 257 ans à l’humanité pour atteindre la parité managériale… En entreprise, s’assurer de la parité totale des effectifs y compris au sein du management est indispensable. Cette année, un projet de loi a d’ailleurs vu le jour pour atteindre la parité à la tête des entreprises et imposer des quotas de femmes dans les comités exécutifs des entreprises. Si les chiffres ont progressé, cela reste insuffisant et la crise du Covid19 ne fait que creuser les inégalités homme-femme dans le monde du travail.

Face à cette réalité, l’entreprise a pour autant le « pouvoir » de corriger les inégalités de traitement entre les hommes et les femmes. Cela passe par une lutte contre le sexisme, notamment en sensibilisant l’ensemble des équipes, mais aussi par des initiatives plus concrètes comme le maintien à 100 % de la rémunération durant les congés maternité et paternité. Agir pour l’égalité des chances, c’est éliminer les disparités liées au genre, réduire les inégalités territoriales et favoriser l’emploi des personnes en situation de handicap. En s’engageant officiellement sur ces sujets via une charte de diversité, l’entreprise privilégie l’émergence d’une culture ouverte et permet la mise en place de dispositifs d’accompagnement spécifiques.

Cultiver le respect de l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée

Inclure les employés quelles que soient leurs différences et les accepter dans leur entièreté doit être naturel pour les entreprises aujourd’hui. Mais l’inclusion est également corrélée aux sujets prioritaires que sont devenus le bien-être au travail et l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée, accélérés par la crise sanitaire. En effet, avec l’essor de l’hyperconnectivité, la frontière entre la sphère professionnelle et personnelle est de plus en plus floue et le temps de travail officiel ne correspond pas toujours au temps de travail réel.

Il est donc primordial de mettre en œuvre des mesures ciblées pour garantir un meilleur équilibre travail-famille. De nombreuses entreprises prennent déjà en compte la parentalité avec un accompagnement individualisé des RH pour les salariés concernés, l’organisation des réunions et les sessions de formation sur des créneaux horaires permettant la participation de tous, ou encore, l’intégration des nouveaux modes de travail comme le flex-office et le télétravail. L’objectif est de rendre les collaborateurs plus productifs, mais aussi plus heureux et sereins.

Chacune des actions mises en place par nos entreprises en faveur de l’inclusion et de la diversité contribue à la création d’un monde du travail propice à l’épanouissement de tous les collaborateurs. Reste aux dirigeants et managers de s’emparer à bras-le-corps de ces sujets cruciaux et d’œuvrer concrètement à la valorisation du précieux capital humain de l’entreprise.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

trois × un =