A la tête de la FIF, Yacine Idriss Diallo veut durablement renforcer le football ivoirien

C’est une figure incontournable du football ivoirien et de la vie politique du pays. Yacine Idriss Diallo est aujourd’hui l’un des favoris pour prendre la tête de la Fédération ivoirienne de football (FIF) dans une course qui l’oppose à l’ancien international Didier Drogba et Sory Diabaté, Premier vice-président de la FIF et Président de la Ligue de Football Professionnel. A l’approche de la CAN 2023 en Côte d’Ivoire, Il compte sur son profil technique, ses expériences de cadre dirigeant et une expérience de quarante ans dans le football ivoirien, l’un des plus côtés du continent.

Un dirigeant majeur de l’économie ivoirienne

Né en 1960 à Daloa, Yacine Idriss Diallo est un mathématicien de formation. Il a commencé sa carrière professionnelle dans des postes d’encadrement technique de la fonction publique ivoirienne, entre 1983 et 1990. Il rejoint ensuite le monde de l’audiovisuel public en intégrant pour deux ans la Radio Télévision Ivoirienne (RTI). En 1992, son profil attire la direction de la Loterie nationale de Côte d’Ivoire (Lonaci), une institution dans le pays, qui le nomme directeur commercial et marketing. Il en gravit rapidement les échelons, devenant Directeur général du groupe public entre 1992 et 2000.

À partir de 2002, il est nommé Directeur général de l’Office d’Aide à la Commercialisation des Produits Vivriers (OCPV). Un poste éminemment stratégique, tant le secteur primaire ivoirien contribue à une part majeure du PIB du pays. Si Yacine Idriss Diallo est un businessman prospère, un dirigeant d’entreprise incontournable et un acteur de la vie économique nationale, sa véritable passion est le football. Et surtout, l’équipe nationale de Côte d’Ivoire, les fameux Éléphants, l’une des sélections les plus redoutables du continent africain.

40 ans de passion pour le football ivoirien

En parallèle de sa carrière professionnelle, Yacine Idriss Diallo s’engage personnellement au plus haut niveau du football ivoirien. D’abord en prenant la direction de l’Abidjan Université Club (AUC), dont il fut président entre 1980 et 1983. Entre 1984 et 1998, il est aussi président de l’ASEC Mimosas, l’un des plus grands clubs de football ivoirien, 27 fois champion de Côte d’Ivoire et 21 fois vainqueur de la Coupe nationale. Il intègre aussi, dès le début des années 1980, la Fédération ivoirienne de football, en qualité de vice-président, sous le mandat d’Ezan Emmanuel.

En 2002, il est nommé 3e vice-président de la FIF, en charge de la commission Marketing et Promotion sous le Président Jacques Anoma. Pendant cette période, il s’attache à renforcer durablement l’attractivité du football ivoirien, en attirant de nombreux sponsors internationaux particulièrement ancrés dans l’économie du pays, comme Orange et Kia Motors, mais aussi de grandes entreprises ivoiriennes, comme la Petroci et la Lonaci. Surtout, il contribue, aux côtés de Jacques Anoma, à faire émerger la génération 2005, qui alignait notamment Didier Drogba, Salomon Kalou ou encore Bakari Koné. Cette sélection, qui reste gravée dans le cœur des Ivoiriens, réussit l’exploit de se hisser trois fois en Coupe du Monde et de réaliser d’excellents parcours pendant la Coupe d’Afrique des Nations (finaliste en 2006 contre l’Égypte, perdue aux tirs au but, et demi-finaliste en 2008).

Deux rivaux de poids pour la Fédération internationale de football

Dans la course à la présidence de la FIF, il sera opposé à son principal rival, Didier Drogba, ancien international aux 106 sélections et attaquant star du club de Chelsea entre 2004 et 2012. Mais aussi un autre candidat, Sory Diabaté, l’un des cadres dirigeants actuels de la FIF. Le sujet passionne les Ivoiriens et agite les réseaux sociaux. Une page Facebook a même été créée pour soutenir la candidature de Yacine Idriss Diallo à la tête de la Fédération ivoirienne de Football et rassemble plus de 1 500 internautes.

Pour prendre la tête de la FIF, il aura besoin du soutien d’au moins 41 voix des dirigeants des 81 clubs du pays. L’enjeu est de taille. En effet, la Côte d’Ivoire organisera, en 2023, la Coupe d’Afrique des Nations qui, après le désastre du dernier épisode au Cameroun en 2022, n’a d’autres choix que de se dérouler de manière optimale. Et les délais sont courts. C’est sur sa fine connaissance du football ivoirien, son ancrage national et son expérience de longue date au sein de la FIF que souhaite capitaliser Yacine Idriss Diallo pour relever ce défi.

Etienne Thomas

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

trois × 2 =