Selon un expert américain, la future voiture d’Apple constituera une menace pour Tesla sur le secteur des véhicules électriques haut de gamme.

Un premier exercice bénéficiaire, un résultat net de 721 millions de dollars, un cours de Bourse qui s’envole (+743%) et près de 500 000 voitures vendues : Tesla a vécu une année 2020 exceptionnelle. Mais l’entreprise fondée par Elon Musk a du souci à se faire. Selon Gene Munster, co-fondateur de Loup Venture, une société spécialisée dans l’analyse des risques financiers, l’Apple Car risque de faire de l’ombre à Tesla sur le segment des voitures électriques haut de gamme.

L’analyste américain se dit persuadé du futur succès de la future voiture électrique d’Apple, qui pourraient voir le jour en 2024 ou 2025. « Apple est plus gros concurrent de Tesla », a-t-il indiqué au média américain CNET. Dotée d’une technologie révolutionnaire, notamment au niveau de ses batteries, le véhicule électrique de la marque à la pomme entrera en concurrence directe avec les modèles les plus onéreux de Tesla.

« Apple est plus gros concurrent de Tesla »

Toujours selon Gene Munster, les constructeurs traditionnels, qui pour la plupart viennent tout juste de prendre le virage de l’électrique, auront également du souci à se faire face à ce nouvel adversaire aux moyens quasi illimités — Apple est assis sur un trésor de guerre de 200 milliards de dollars.

Apple envisage de se lancer dans le secteur automobile pour élargir sa clientèle et continuer à croître. Pour cela, la firme de Cupertino a mobilisé Manfred Harrer, un ingénieur réputé qui a fait ses armes chez Porsche et Volkswagen. Malgré les rumeurs affirmant qu’Apple adopterait une stratégie proche de celle de Tesla, tout porte à croire que l’entreprise fondée par Steve Jobs tentera, comme elle l’a toujours fait, de se démarquer de la concurrence. L’Apple Car pourrait ainsi être totalement autonome.

Quand Elon Musk voulait vendre Tesla à… Apple

Pourrait-on un jour voir Tesla et Apple collaborer sur un projet de voiture électrique ? Impossible, selon Gene Munster, car la maîtrise de toute la chaîne de production est une obsession au sein des deux groupes. Ironie de l’histoire, lorsque Tesla traversait une mauvaise passe en 2016-2017, Elon Musk avait proposé à Tim Cook de racheter le constructeur automobile pour un dixième de sa valeur actuelle. Le PDG d’Apple avait refusé de rencontrer le milliardaire sud-africain…

Sirine Chekhab

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

5 − 5 =