En quête de notoriété ou de fonds, les jeunes pousses n’hésitent plus à draguer des stars du sport ou du showbiz. Un phénomène est déjà très répandu aux Etats-Unis. Un partenariat gagnant-gagnant ?

Le phénomène, relativement récent en France, bat déjà son plein depuis une dizaine d’années aux Etats-Unis. Outre-Altlantique, le comédien Ashton Kutcher en est l’un des exemples les plus frappants. A 38 ans, l’ex de Demi Moore a déjà investi dans plus d’une douzaine de start-up liées aux nouvelles technologies (Foursquare, Flipboard, Path, Ooma ou encore Airbnb).

Jared Leto, investisseur boulimique

Pour sa part, l’acteur Jared Leto (photo) a mise des billes dans plus de 40 entreprises (Blue Bottle Coffee, Zenefits…). Le chanteur MC Hammer conseille et investit les pépites de la Sillicon Valley (Pandora, Square…) depuis plus de 10 ans déjà. Madonna a placé 1,5 M$ (1,4 M€) en 2010 dans une jeune marque de jus de coco (qui réalise aujourd’hui des millions de dollars de bénéfices) et Beyoncé (via sa société Parkwood) a participé à hauteur de 150.000 $ (140.000 €) à la levée de fonds de la start-up de merchandising Sidestep en 2016.

Enfin, Bono, le chanteur de U2, a pris 1% de Facebook en 2010 via son fonds d’investissement Elevation Partners, multipliant sa mise par douze lors de l’introduction en Bourse du réseau social.

Des Français en action

En France, l’engouement est plus discret mais bien réel. Surtout, les stars tricolores ne se contentent pas d’injecter des fonds dans la jeune pousse de leur choix, elles s’y impliquent à 100%. C’est le cas de Teddy Riner, 8 fois champion du monde de judo et passionné de technologie, qui compte sur son entrée au capital de Thomson (à hauteur de 10%) pour sa reconversion en tant qu’entrepreneur.

Le comédien Fabrice Eboué s’est également essayé à l’investissement en soutenant financièrement la start-up Afrostream, le Netflix pour films et séries afro-américaines lancé en 2014. Patrick Bruel s’est illustré en rachetant en 2009 la jeune société de poker en ligne Winamax. Le rugbyman Frédéric Michalak a cofondé en 2014 la start-up SnapFan, un Instagram appliqué au domaine du sport. Alors les comédiens, sportifs et autres chanteurs sont-ils meilleurs investisseurs en capital risque que les autres ? L’avenir le dira.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici