Cet été, les festivaliers des Vieilles Charrues ont participé à une petite révolution, puisque toutes les consommations sur site ont été réalisées avec un système de paiement dématérialisé grâce à un bracelet connecté doté d’une puce électronique. C’est l’une des dernières réussites de la start-up Weezevent.

«Mon choix s’est porté sur Weezevent car l’entreprise avait la capacité d’adapter et de personnaliser l’expérience», résume Jérôme Tréhorel, directeur du festival.

Depuis sa création en 2008 par Pierre-Henri Deballon et Sébastien Tonglet, la PME dijonnaise, pionnière de la billetterie en self-service sur Internet avec sa solution innovante de vente de billets en ligne et de porte-monnaie électronique, a permis d’écouler plus de 15 millions de billets pour tout type d’événement : salons, concerts, soirées, festivals, conférences, courses à pieds…

Avec une croissance exceptionnelle de 43.200% ces 5 dernières années (lauréate 2014 des entreprises technologiques de croissance par le Deloitte In Extenso Technology Fast 500), Weezevent voit loin. En effet, Vente-Privee, poids lourd de la vente événementielle depuis les rachats par Jacques-Antoine Granjon du Théâtre de Paris et de la Michodière, est devenue en début d’année actionnaire de la pépite française, remplaçant le fonds A Plus finance, auprès duquel la jeune pousse avait levé 1 M€ en 2012.

«Weezevent complète notre activité dans le secteur du divertissement en proposant aux exploitants de salles et aux producteurs d’événements un écosystème billetterie complet leur permettant d’organiser, de promouvoir et de distribuer leurs produits», explique Thomas Kouck, directeur général de vente-privee Entertainment. De quoi booster le développement international de cette pépite.

«En rejoignant Vente-Privee, nous choisissons un partenaire qui garantit à Weezevent la pérennité de son ADN et qui permettra de poursuivre nos objectifs : offrir le système de billetterie le plus innovant au meilleur prix et se développer à l’international», se réjouissent Pierre-Henri Deballon et Sébastien Tonglet. Weezevent (41 M€ de CA) a d’ailleurs déjà absorbé Nemopay et son système de paiement dématérialisé et, après celui de Montréal, devrait ouvrir des bureaux à l’étranger en s’appuyant sur son actionnaire présent dans 8 pays européens.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici