Babolat règne sur la planète tennis. Le plus ancien équipementier international du tennis, créé en 1875, inventeur du boyau naturel pour l’agroalimentaire, la chirurgie, la musique, est devenu le n°1 mondial des raquettes de tennis. En attendant la raquette connectée.

Babolat : des raquetrtes de tennis depuis 1994

À la tête de cette belle ETI lyonnaise à l’actionnariat 100% familial, Éric Babolat, modeste quadragénaire passionné qui a hérité de son père non seulement la passion du tennis mais aussi le goût de l’entreprise. Jeté dans le bain à la mort de son père qui venait juste de débuter la diversification dans les raquettes en 1994, Éric Babolat a dû «apprendre à nager».

L’héritier fonce, misant sans cesse sur l’innovation, avec des produits toujours plus techniques médiatisés par des champions tels que Rafael Nadal, Jo-Wilfried Tsonga ou Na Li. En 20 ans, l’entrepreneur dynamique a su faire rayonner l’expertise technique française à l’international.

Raquettes Babolat : un labi R&D et un immense centre logistique

Fort d’un laboratoire de R&D et un centre logistique de 8.000 m2 lyonnais, 3 sites industriels sur le territoire national (Gerland à Lyon Ploërmel en Bretagne et Besançon en Franche-Comté), Babolat vend ses produits dans 155 pays, réalisant 80% de son CA de 140 M€ à l’export. Et l’histoire n’est pas prête de s’arrêter !

 

Babolat : bientôt la raquette connectée

«On peut prendre des risques en allant sur des territoires inconnus», affirme l’entrepreneur, fier d’être passé des boyaux de saucisse à la raquette intelligente ! Présentée en 2012 à Roland- Garros et introduite en 2013 sur le marché américain, la raquette connectée, fruit de 10 ans de travail, devrait révolutionner le tennis.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici