Qui a dit que déjeuner sur le pouce au bureau était synonyme de malbouffe ? Certainement pas Briac Lescure et François Raynaud de Fitte. Les deux fondateurs de Pop Chef, à tout juste 26 ans, ont fait des plats cuisinés à partir de produits du terroir livrés directement au bureau leur business.

«Dans la région parisienne, nous nous sommes aperçus qu’il était difficile d’avoir un vrai repas pour le prix d’un ticket restaurant», explique François Raynaud de Fitte.

Un constat que l’étudiant a fait très tôt avec Briac Lescure, son camarade de lycée. Le concept de Pop Chef est trouvé : livrer en moins de 30 minutes des repas maison et chauds pour moins de 10 € aux actifs parisiens. L’ambition des deux jeunes entrepreneurs ?

«Devenir le réflexe déjeuner de tous les actifs parisiens qui cherchent des produits frais pour un prix imbattable». En clair, la qualité d’un vrai repas de restaurant au bureau, conçu par un chef cuisinier, Benjamin Mathieu, qui officie au restaurant Le Germain.

En janvier 2015, le jeune duo crée leur entreprise et commencent à préparer lasagnes, hachis parmentier ou suprême de volaille aux patates douces pour leurs amis. «Au départ, le concept était de proposer un seul plat, choisi par le chef cuisinier, un peu comme le plat du jour dans un restaurant».

Levée de fonds

Quelques mois plus tard, le concept a évolué. «Avec un seul plat, nous ne faisions pas assez de volumes». Aujourd’hui, six plats sont au menu du jour, pour des prix s’étalant de 8 à 11 €. Pop Chef livre d’abord le VIIIéme arrondissement parisien, puis le IIéme. Pour élargir sa zone d’intervention, la start-up a une idée : des points relais disposant d’une zone réfrigérée dans lesquels les livreurs viendront chercher les plats avant la livraison.

Et c’est grâce à une levée de fonds de 2 M€ auprès d’Elior Group et de Marc Simoncini en avril 2016 qu’elle se distingue de la concurrence. «Pour le moment, nous disposons de neuf locaux de 40 mètres carrés que nous louons».

Stratégie de fidélisation

En deux ans, le bouche-à-oreille a fait effet : chaque jour, les 400 livreurs de Pop Chef livrent plus de 1.500 repas par jour. Son secret ? Une stratégie de fidélisation efficace.

«Nous avons passé beaucoup de temps à appeler les clients pour connaître leurs goûts, leurs recettes préférées. A la fin de chaque livraison, un mail les invite à noter leur repas», précise François Raynaud de Fitte. Ce service après-vente bien rôdé porte ses fruits : 30% des clients notent, chaque jour, les plats de Pop Chef sur le site Internet, permettant de «créer une communauté de personnes», autour des plats simples proposés par la start-up.

Un logiciel maison pour optimiser les itinéraires

Pour tirer son épingle du jeu dans un secteur où les marges restent assez faibles, Pop Chef a-t-elle trouvé le bon modèle ? «En préparant nous-mêmes les repas, nous récupérons la marge d’un restaurant. Nous gagnons ainsi de 3 à 5 € par repas acheté. En outre, les points relais permettent aux livreurs d’optimiser leurs courses», confie François Raynaud de Fitte.

Enfin, un logiciel conçu par la start-up permet de calculer les itinéraires les plus courts, donc de réduire les coûts de livraison de 15%. Si la jeune pousse n’est pas encore rentable, sa nouvelle levée de fonds de 2 M€ en octobre 2016 devrait lui donner les moyens d’accélérer son développement, en ouvrant une centaine de points relais sur toute l’Ile-de-France, et de poursuivre son rythme de croissance de 10% par semaine. De quoi atteindre 10 M€ en 2017.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici