Par Thomas Delage, co-fondateur d’Entoureo

Tribune. Véritable enjeu sociétal, en pleine crise sanitaire, le lien intergénérationnel se doit d’être au cœur des débats. Alors que la solitude affecte particulièrement les personnes âgées et encore plus en situation de confinement, rompre cet isolement est crucial afin de protéger la santé des seniors. Alors que les 60 ans et plus devraient représenter 20 millions de personnes en France d’ici 2030, il est temps de développer de nouvelles formes d’interactions sociales et de mobiliser les plus jeunes dans le développement de solutions à destination de leurs aînés.

L’entraide entre génération, un enjeu de société

Une étude publiée en 2018 par l’ANPERE1 révèle que 40 % des Français considèrent la solidarité entre les générations comme synonyme d’aide aux personnes âgées et 69 % d’entre eux la pense nécessaire. L’espérance de vie s’allongeant, le troisième âge est une notion de plus en plus abstraite et hétérogène. Dès lors, l’entraide et l’innovation à destination des seniors peuvent revêtir plusieurs formes et ne pas uniquement s’articuler autour des questions de dépendance. Les seniors aussi se divertissent, échangent et voyagent et certains le font déjà en utilisant les nouvelles technologies.

Garder un lien avec ses proches permet de vieillir en meilleure santé

Selon le rapport MONALISA (Mobilisation Nationale contre l’Isolement Social des Agés)2, la France est le troisième pays d’Europe le plus touché par le problème de l’isolement. Cette même étude révèle que l’isolement touche près du quart des seniors de plus de 75 ans, soit environ 5 millions de personnes en France. L’isolement a des conséquences directes sur la santé de nos seniors.

D’après le professeur de psychologie John Cacioppo, le risque de mortalité prématurée peut augmenter de 14 % chez les personnes âgées isolées. Trouble du sommeil, hypertension et dépression sont autant de symptômes susceptibles d’augmenter les risques de décès prématuré liés à ce manque de lien social. Dans un contexte de crise sanitaire et de confinement généralisé, il est primordial de trouver de nouvelles façons de garder ce lien avec nos aînés et de favoriser des moments d’échanges intergénérationnels.

Inciter les jeunes générations à innover pour nos aînés

La « silver économie » comporte de nombreux acteurs en France, des projets novateurs ayant pour but d’améliorer la vie des seniors au quotidien. Que ce soit en lien avec leurs loisirs ou l’amélioration de leur qualité de vie, il existe aujourd’hui de belles innovations. Par exemple, sur la thématique du lien social, la transmission entre générations qui, en plus d’être insuffisamment développée en France, reste une manière simple de nouer des liens avec nos aînés.

Aujourd’hui, c’est à nous, les jeunes, d’innover pour les seniors en créant un cercle vertueux car nous sommes les seniors de demain. Des initiatives existent dores et déjà, on ne peut que saluer le développement de projets comme Vivalab ou encore le programme Décoll’âges de Makesense, soutenus par les pouvoirs publics via l’Assurance Retraite. ll faut toutefois aller plus loin et installer sur notre territoire des structures capables d’accompagner la création et le développement d’entreprises sur cette thématique qui a des enjeux très spécifiques à long terme.

Des écosystèmes comme Silver Innov ou Silver Valley font un travail remarquable, mais le nombre d’incubateurs spécialisés reste malheureusement encore insuffisant. C’est trop peu comparé à l’ampleur de la tâche et à la nécessité de créer des solutions dans des champs divers (mobilité, habitat, loisirs, lien social…).

Nous devons donc collectivement créer les conditions nécessaires pour :

1/ Donner envie aux jeunes générations de se mobiliser pour nos aînés car nous savons déjà qu’elles sont sensibles à ce sujet.
2/ Inciter les plus jeunes à s’intéresser aux enjeux de société liés au grand âge afin de mettre à contribution leur grande créativité vers le développement de solutions pour nos aînés.

Concrètement, pour donner envie aux jeunes talents de s’impliquer dans l’essor de la « silver économie », des pistes concrètes et facilement activables pourraient être :

  • la création de nouveaux incubateurs dédiés à la « silver économie ».
  • l’introduction systématique d’électifs dans les formations du supérieur (grandes écoles, universités…) pour permettre aux étudiants de découvrir le sujet.
  • l’organisation d’hackathons étudiants sur la thématique du mieux-vieillir à plus grande échelle comme il en existe déjà de nombreux sur d’autres thématiques.
  • faciliter localement des rencontres entre porteurs de projets et acteurs de l’écosystème local.

Les jeunes sont les seniors de demain : aidons-les à créer un monde dans lequel ils se projettent dans plusieurs dizaines d’années !


1 https://tousentandem.com/actions-d-entraide-en-dehors-du-cercle-familial/

2 https://www.independanceroyale.com/fr/isolement-personnes-agees-seniors-solutions

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

5 × trois =