À 64 ans, l‘angevin Pascal Pasquier a fait du groupe Brioche Pasquier un géant de l’agro-industrie avec ses 14 usines. Mais avant d’être la marque de produits de boulangerie, c’est avant tout un nom de famille. Et plus particulièrement, celui du dirigeant du groupe, Pascal Pasquier.

Petit village du Maine-et-Loire

Les Cerqueux est une bourgade tranquille avec son église et sa boulangerie. La Normandie, le Livarot, la crème, nous sommes en pays rural bien français. Et la boulangerie est tenue par Gabriel et Louise, le couple Pasquier. La vente se fait aussi auprès de grossistes, notamment pour cette belle brioche à la recette maison. Lorsque le père décède au début des années 70, les enfants poursuivent les affaires, mais sans intermédiaire, en allant directement prospecter les grandes surfaces et en emballant la brioche phare mise au point par leur père. Difficile de désolidariser cette complicité familiale, entrons donc dans l’univers de Pascal & Brothers.

Le début de l’aventure

La décision de l’un des frères, Louis-Marie, d’aller directement en grande surface, à une époque où ce secteur du commerce était en croissance exponentielle, va changer le destin de l’entreprise et de la famille. Brioche Pasquier est créée en 1974 et met en avant son ancrage territorial. Sa fameuse brioche tressée est lancée dans la foulée, et quelques années plus tard, le « Pitch », le petit pain au lait, va entrer dans les cartables. Les volumes croissent rapidement, au niveau local d’abord, puis en Bretagne, en région parisienne, dans tout le nord de la France, avant de s’imposer dans toute la France. La stratégie est définie : garder les caractéristiques des recettes familiales intactes, et implanter une usine auprès de chaque entrepôt nouvellement construit. Du local avant l’heure ; chaque unité disposant de sa direction commerciale et industrielle. Quant au siège social du groupe, il est resté dans le Maine-et-Loire familial.

Une fratrie de 5 garçons

Serge, Louis-Marie, Philippe, François-Xavier et Pascal, le petit dernier de la fratrie. Cinq garçons dans cette famille, tous les cinq travaillent ou ont travaillé dans le groupe, trois ont exercé des fonctions de direction, à l’industrie et à la finance et au commercial. Pascal, le dirigeant actuel a notamment mené toutes les opérations d’internationalisation. Le benjamin, né en 1957, est entré dans le groupe en 1977 et est à sa tête depuis 2007 poursuivant sur la lancée qui a été tracée dès le départ. Élargissement de l’offre, internationalisation en particulier via des opérations de croissance externe font partie d’une stratégie de développement menée avec prudence. La famille Pasquier insiste sur un point : la préservation du caractère familial n’est pas négociable. D’après Pascal Pasquier, l’important pour un entrepreneur est d’« avoir un domaine de compétence dans lequel on est reconnu. Cela permet de constituer une équipe complémentaire autour de cette compétence, … et in fine d’avoir une vision plus globale. »

Des neveux sur orbite

Pascal Pasquier, PDG, a participé à toutes les grandes décisions et succès de l’entreprise avec ses frères, la succession au poste de président s’est donc faite en douceur. Il a toujours insisté sur la poursuite de l’innovation, avec un développement « linéaire », mais surtout pas « vieillissant » comme il le dit lui-même. La famille élargie est toujours mise à contribution, notamment à l’international où des neveux ont été et sont en charge de projets et d’installations dans des pays européens, américains ou asiatiques. A chaque fois, ces membres de la famille s’implantent sur place pour être au plus près du marché, et saisir ses caractéristiques.

Car la famille est grande, on parle souvent des cinq frères, mais la famille au complet compte également six sœurs. « Nous étions cinq frères, nous partions de rien et nous abordons à présent les côtes du Nouveau Monde… » voici une déclaration faite en avril 2012, année où le monde de la viennoiserie est surpris par un mouvement du groupe Pasquier : la prise de participation majoritaire dans Galaxy Desserts, une société californienne de desserts et pâtisseries individuelles surgelées.

Un capital toujours familial

Olivier Ripoche, fils d’une des sœurs, est ainsi celui qui a mis sur pied Pasquier au Royaume-Uni. Son parcours est significatif du mode de fonctionnement de la famille. Des jobs d’été au départ, des stages dans différents secteurs et différentes zones géographiques dans le groupe, puis un premier poste de vendeur, avant d’être chef des ventes en Belgique et au Royaume-Uni. Un parcours accompli jusqu’à prendre la fonction de DG de Brioche Pasquier UK. Le parcours est très similaire pour Hughes, fils de François-Xavier, aux États-Unis et Pierre, fils de Serge, en Corée du Sud. Le caractère familial s’exprime aussi par la répartition du capital, qui reste dans les mains de la famille à plus de 90%.

La recette du succès

Pascal Pasquier a mis en avant un point essentiel dans son approche managériale. Selon lui, il est essentiel de réussir à faire travailler ensemble des profils tels que des autodidactes aux savoir-faire indiscutables (comme les boulangers par exemple) et des surdiplômés. Savoir les motiver afin qu’ils travaillent aux mêmes objectifs, en utilisant à plein leurs qualités, est le secret de la force de bien des entreprises, ce qui demande de grands efforts de formation et privilégie la promotion interne. Résultat, le groupe Brioche Pasquier est aussi synonyme de longévité. En effet, Louise Pasquier qui avait épousé Gabriel en 1936 est décédée au bel âge de 102 ans en 2018. Dans toutes ses actions comme sa communication d’entreprise, Pascal Pasquier n’hésite pas à mettre en avant ce fort attachement aux racines. Certainement la recette de son succès.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

4 × quatre =