Par Bassem MEJRI, entrepreneur

La France a 30 ans de retard (minimum) concernant l’éducation financière et les finances personnelles.

Résultat des courses :

Une méconnaissance (voire un dégout) de l’économie, une incompréhension généralisée de la finance, une ignorance du fonctionnement véritable de l’entreprise. Le salaire et l’argent totalement tabou. Peu ou pas de prises de risques entrepreneuriales.

Certes la nouvelle génération parle plus facilement de leurs salaires, de leurs revenus et de leurs patrimoines mais là où le bât blesse c’est que cette « nouvelle » communication est réalisée pour de mauvaises raisons et n’est malheureusement faites souvent que par vantardise ou pour assurer une auto-promo plutôt mal assumée ou surtout pour caresser l’égo de personnes fragiles en réalité.

Et , la réalité justement , est qu’on ne souhaite en aucun savoir combien gagnent (précisément) ces personnes mais comment elles font pour gagner leurs dus. Toute la nuance est là. Le processus étant beaucoup pertinent et intéressant qu’une somme qui en définitive ne signifie rien à part épater une galerie très facilement impressionnable. 

Élevons le débat sur les moyens, les méthodes, les solutions et non pas à propos des montants ou des personnes.

Élevons le niveau en inspirant et étudiant les individus qui sont en réussite.

Élevons le niveau en partageant les bonnes pratiques et les bons réflexes.

Si nous prenons encore de la hauteur de vue et que nous nous plaçons sur l’échiquier géopolitique mondiale nous constatons assez simplement que la Chine et Les Etats-Unis sont les premières puissances mondiales car avant d’être des puissances militaires, politique, diplomatiques ou technologiques, ce sont avant tout des puissances commerciales, des puissances économiques, des puissances financières.

C’est à dire tournées vers l’extérieur, vers l’export. Et qui dit export dit volonté de conquête farouche de leurs entrepreneurs ou sans initiatives de notre part la France et l’Europe finiront que par ne devenir qu’un marché, une cible ou bien sur une fois l’argent réalisé, ce dernier s’éclipsera et s’envolera en un clin d’œil sous des auspices plus accueillants et beaucoup cléments fiscalement parlant.

Les capitaux n’ayant aucune frontière, aucune nationalité et se déplaçant à la vitesse de la lumière (à la nanoseconde) au gré des intérêts des possédants et de leurs actionnaires.

Les GAFAM (Google/Amazon/Facebook/Apple/Microsoft), les NATU (Netflix/Airbnb/Tesla/Uber) et les BATX (Baidu/Alibaba/Tencent/Xiaomi) sont les nouvelles armes de cette guerre à la fois économique, financière, culturelle, entrepreneuriale, capitalistique, politique et bientôt militaire.

Ces mastodontes de par leurs surfaces (financières , leurs pouvoirs (à l’international) et des (quantités de) données qu’elles aspirent et récupèrent allègrement et sans -aucune-vergogne deviennent beaucoup plus puissants que des ministères ou des armées toutes entières. Elles sont devenues les yeux, le bras armé, la tirelire , l’image et la réputation de ces nations. C’est vous dire les enjeux et leurs échelles !

Dans ce contexte, c’est devenu un devoir moral d’encourager l’entrepreneuriat car une nation dépourvue d’initiatives et de prises de risques est une nation qui est destinée à péricliter qu’on le veille ou nons et le pire c’est que cette chute se fait en silence. Donc dans des non-dits assourdissants.

30 ans de retard en termes de Finances Personnelles et d’éducation financière et c’est un pays qui décroche car pour que des employés puissent être embaucher, pour que l’état puisse récupérer taxes et cotisations sociales (et patronales), pour que les banques puissent fonctionner, pour que le public découvre des nouveautés, de l’amélioration, du progrès, de l’innovation , il faut des entrepreneurs. Et il faut qu’ils soient correctement formés car ils sont de toutes les manières en compétition directe et indirecte avec des businessman’s plus qu’ aguerris , déterminés et soutenus par les politiques accommodantes de leurs états.

Dans cette équation, l’éducation financière, les finances personnelles, la bonne gestion et l’ambition sont des clés de voute et les fondamentaux de la réussite d’un projet. 

Dont l’objectif est de créer de la valeur pour leurs clients, créer de la richesse, créer de la prospérité pour bien entendu générer des profits. L’objectif Numéro 1 de tous projets étant d’être profitable et rentable c’est à dire faire fructifier les capitaux et en augmentant la valorisation de l’entreprise par le travail des équipes.

Il est donc nécessaire en tant qu’entrepreneur et éditeur d’informer, de sensibiliser, d’avertir, de former le public qui a soif d’informations, de connaissances et de savoir sur les thématiques de l’éducation financières, des finances personnelles et de la possibilité concrète d’atteindre la liberté.

Prendre conscience de l’abondance dans un premier temps , en profiter et en faire profiter un maximum de personnes. C’est aussi le rôle qu’ont les entrepreneurs !

MEJRI Bassem

Pour plus d’informations je vous renvoie à Votre Argent ou Votre Vie de Vicki Robin (Frégate Editions) ISBN : 9782491492083 et à Millionaire Next Door en français. ISBN : 9782491492007 (Disponible : Fnac ; Fnac.com ; Decitre; Cultura ; et commandable dans toutes les librairies).

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

19 + 8 =