« Connais-toi toi-même » est inscrit au frontispice du Temple de Delphes, au sein duquel la Pythie, son oracle, délivrait ses prophéties, des VIIème au IIIème siècle avant JC. Cette pensée a inspiré Socrate qui l’élèvera au rang de principe fondamental de la sagesse. C’est pour lui la recherche de l’excellence, celle qui doit guider l’action, pour donner le meilleur de soi-même ; c’est le simple fait de s’interroger sur ce qui est bon pour nous, qui nous permettra de nous améliorer.

Aussi, pour savoir qui nous sommes vraiment, faut-il, en premier lieu, avoir la volonté de prendre conscience de nos propres émotions. Le mieux pour y parvenir est, tout simplement, de demander aux autres comment ils nous perçoivent. C’est toute la valeur des outils de feedback à 360 degrés. Vous remplissez un questionnaire sur votre comportement et demandez à des personnes en qui vous avez toute confiance de remplir ce même questionnaire. Un bon coach pourra ensuite vous aider à examiner les différences entre votre perception et celle des autres.

Pour progresser, il est donc nécessaire, d’abord, de prendre conscience de qui on est, puis, de travailler sur soi, afin de parvenir à la réalisation de ses objectifs personnels. C’est l’un des leviers de l’intelligence émotionnelle, celle qui sous-tend les trois autres : le contrôle de nos émotions, la conscience sociale et l’interaction avec nos interlocuteurs.

C’est pourquoi, pour se sentir en phase avec ses actions, il faut d’abord se connaître soi-même : ses forces, ses faiblesses, mais aussi l’efficacité de sa façon d’apprendre et, bien sûr, la qualité de sa relation aux autres. Comme un bon management des autres commence par un bon management de soi – bien se conduire pour bien conduire – il faut se poser cinq questions déterminantes :

Quelles sont mes forces ?

Pour les connaître vraiment, il faut s’analyser. A chaque fois que vous prendrez une décision importante, notez précisément le résultat que vous en attendez puis comparez-le avec la réalité. Vous distinguerez ainsi rapidement, les secteurs dans lesquels vous obtenez des succès, des autres.

Comment je travaille ?

J’assimile mieux en lisant ou en écoutant ? Je préfère travailler seul ou en équipe ? J’aime prendre les décisions moi-même ou les conseiller à d’autres ? Je suis du matin ou du soir ? C’est en répondant clairement à ces questions et en adaptant votre mode de vie à vos réponses, que vous vous donnerez les moyens d’être efficace.

Quelles sont mes valeurs ?

Quels sont les objectifs que vous poursuivez en tant qu’être humain ? Quelle est votre éthique ? Comment concevez-vous votre rapport aux autres ? Ne tentez pas de vous écarter de vos convictions profondes, vous n’y trouveriez que des frustrations, de l’inefficacité et un leadership incertain.

Dans quel monde veux-je vivre ?

Mes forces, mes modes préférés d’action, mes valeurs me conduisent naturellement à choisir un environnement qui me convient. Faites-le de façon méticuleuse. Il s’agit de l’écrin dans lequel vos talents vont s’épanouir.

Comment puis-je contribuer ?

Autrefois, les entreprises expliquaient aux uns et aux autres ce que devait être leur contribution. Aujourd’hui, chacun prend son destin en main et l’accomplit, pour le plus grand bonheur de tous.

Il est absolument indispensable de bien se connaître, pour pouvoir progresser car, comme le disait Albert Einstein : « Tout le monde a le potentiel d’un génie, mais si vous jugez un poisson sur sa capacité de grimper à un arbre, il pensera toute sa vie qu’il est stupide. »

Alain GoetzmannCoach et Conseil en Leadership & Management

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

deux × 4 =