Gérard Déprez (65 ans) a fait de Loxam, (qu’il détient à 80 %) le cinquième loueur mondial avec 1,5 milliard de CA, plus de 500 magasins en propre et 550 agences partenaires.

Loxam, née en 1967 en Bretagne, à Lorient exactement, est dirigée par Gérard Déprez depuis 33 ans. A l’époque, cette belle PME comptait environ 250 salariés. Aujourd’hui, elle est leader européen et dans le top 5 mondial avec 8000 salariés et plus d’un 1,5 milliard d’euros de chiffre d’affaires. Longtemps concentrée sur la France, l’activité de cette « licorne des services industriels » est devenue internationale depuis une vingtaine d’années ; une nouvelle source de croissance pour Loxam.

Une stratégie très volontariste

L’entreprise a plus de cinquante ans. Lors de la reprise, Gérard Déprez a souhaité garder ses fondamentaux basés sur le trio « service, proximité, prix ». L’entreprise et son président restent peu connus du grand public, car l’évolution s’est faite discrètement et a subi un grand coup d’accélération depuis la fin des années 2000. Son dirigeant a alterné croissance interne et externe, multipliant ces dernières années les acquisitions et les implantations. Cette stratégie à marche forcée était rendue indispensable de par la forte concurrence.

Pour Gérard Déprez, cette voie était la seule possible pour garantir la pérennité future de Loxam. Mise à part la dernière actualité de l’été 2019, l’une des plus belles étapes de Loxam fut le rachat des filiales française et espagnole de l’américain Hertz Equipment Rental Corporation. Ce dernier n’ayant jamais réussi sa percée en Europe, cette mise en vente fut l’occasion pour Loxam de renforcer son leadership au niveau européen et de se hisser rapidement au 5e rang mondial de la location de matériel.

Toujours de l’avant

Avec le rachat du numéro trois européen coté à Helsinki, Ramirent Plc, Loxam passe à nouveau à la vitesse supérieure. L’opération est conçue de telle façon que Gérard Déprez reste actionnaire à 80 % du nouvel ensemble ; un signe clair de sa volonté de rester maître à bord. Ce rachat n’est reste pas moins osé. Le PDG rassure, car si le taux d’endettement de Loxam reste élevé, plus de quatre fois supérieur au résultat d’exploitation, Ramirent disposant de la même rentabilité que le Français, l’endettement ne progressera que modestement. Pour l’avenir, Gérard Déprez estime que si la marge de progression en France est encore importante, la poursuite du développement de l’entreprise sera probablement plus accentuée à l’international, du fait que les opportunités y sont bien plus nombreuses.

Rester en alerte

L’ancienne filiale de la Lyonnaise des eaux a bien changé depuis son rachat par un cimentier et sa prise d’indépendance en 1994. Gérard Déprez, diplômé de l’EM Lyon, a longtemps été cadre supérieur avant de finalement franchir le pas et devenir le dirigeant, puis propriétaire de cette affaire d’une vingtaine de millions d’euros. Aujourd’hui, à 65 ans, il garde la passion de son métier, et l’obsession de la pérennité de cette magnifique entreprise, qui est sur un rythme d’embauches de plusieurs centaines de CDI par an. Rester en alerte s’avère évidemment obligatoire dans cette activité fortement dépendante de la bonne santé du BTP. Disposer d’un réseau européen d’agences permet d’amortir les risques liés aux économies nationales. Gérard Déprez fait partie de ces patrons d’ETI dont on ne parle jamais et qui font le socle d’une économie solide et prospère.

A.F.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici