Les levées en dizaine, voire en centaine de millions font les gros titres de la presse. Mais investisseurs privés et fonds s’engagent aussi dans des opérations plus modestes, au service des PME.

L’année a démarré sur les chapeaux de roue. MonDocteur, la plate-forme de prise de rendez-vous médicaux en ligne créée par Thibault Lanthier et Benoît Grassin, a levé 12 M€ auprès de Lagardère Active, son actionnaire majoritaire.

Le site de cours en ligne Digischool, fort de ses 5 M€ de CA en 2015 et de 6,5 millions d’inscrits, a réuni plusieurs investisseurs, dont la famille Mulliez et les propriétaires de La Revue Fiduciaire, dans un tour de table de 14 M€.

Côté medtechs, belles performances pour Enyo Pharma (traitements contre des infections virales aiguës et chroniques) et Eye Tech Care (traitement des glaucomes par ultrasons), respectivement 22 et 25 M€.

Levées de fonds : les PME aussi

De telles réussites sont exemplaires, mais peuvent parfois inquiéter des entreprises plus petites ou situées sur des secteurs plus traditionnels. Il n’est pourtant pas nécessaire d’avoir des ambitions de n°1 mondial ou de disposer d’une avancée technologique majeure pour séduire les investisseurs.

Les fonds, notamment en région, et les investisseurs privés sont avant tout à la recherche d’équipes dirigeantes avec une véritable vision et, surtout, des actions concrètes en vue, à relativement court terme. Car l’argent doit servir au développement, ce qui passe souvent par l’ouverture à l’international ou des opérations de croissance externe. Qu’il s’agisse de quelques centaines de milliers d’euros ou de  plusieurs millions, c’est la qualité du projet qui emporte la décision finale.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici