C’est dans l’espace du passage Piver (5 000 m2), propriété de la famille Grimmeisen depuis 1870, là où est née la marque Spring Court, que les trois sœurs (Laura, Florence et Théodora) redonnent une seconde jeunesse à l’entreprise familiale.

La célèbre marque est dirigée par la cinquième génération de Grimmeisen. C’est cette famille alsacienne qui a inventée en 1930, la Colibri, une botte étanche moulée d’un seul bloc mais surtout, quelques mois plus tard, la basket qui allait révolutionner le monde du tennis sous le nom de Spring Court (25 millions de paires vendues). L’idée géniale fut de tracer sous la semelle des arcs de cercles offrant une meilleure adhérence et permettant à la chaussure de déraper, sans jamais glisser. Un produit idéal pour jouer au tennis.

Une marque française iconique

Le succès fut immédiatement au rendez-vous. Pour arriver à convaincre les joueurs, le grand-père Grimmeisen n’hésitera pas à arpenter les vestiaires de Roland-Garros pour leur proposer ses chaussures. Pour l’anecdote, John Lennon portera des Spring Court lors de son mariage avec Yoko Ono, mais aussi sur la couverture de l’album « Abbey Road ».

En 1970, l’entreprise rencontre des difficultés et passe sous licence. Quelques décennies plus tard, profitant de la crise sanitaire, les sœurs ont repris les rênes de l’entreprise, annulant toutes les licences et se concentrant uniquement sur la chaussure mythique, la Spring Court. L’iconique basket blanche reste l’une des chaussures les plus appréciées, non pas par les sportifs, mais par le monde de la mode.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

neuf + 17 =