Emmanuel Macron

Par Jean-Philippe Delsol, avocat, président de l’Institut de Recherches Economiques et Fiscales, IREF

Après la chute du mur de Berlin, le monde a eu tendance à se libéraliser. Pour le moins les échanges mondiaux ont connu un développement spectaculaire pendant que les droits de douane et les entraves règlementaires au commerce baissaient. Durant cette période et du fait de cette libération des échanges, la grande pauvreté a reculé de manière considérable, passant de 40% de la population mondiale à moins de 10%.

Après les crises du 9 septembre2001, puis celle des subprimes et de Lehman Brother en 2008, et tandis que les Etats agitaient déjà les peurs climatiques et terroristes, la crise de la Covid a été le détonateur sanitaire qui a permis aux Etats de justifier une emprise plus complète encore sur la collectivité.

Quels domaines de liberté nous reste-t-il ?

Avec la pandémie, l’Etat a multiplié les mesures pour s’immiscer dans la vie des familles, dans l’organisation des entreprises, pour contrôler la liberté d’aller et venir et le travail des salariés, pour limiter le commerce, décider de nos soins, entraver l’exercice des cultes ….

La liberté devient l’exception. Un pays libre est celui dans lequel tout ce qui n’est pas interdit est permis. Un état totalitaire est celui dans lequel tout ce qui n’est pas autorisé est interdit, fut-ce au nom d’un virus.

L’exceptionnel devient l’ordinaire. Les dépenses publiques françaises atteignent le niveau des pays collectivistes et ne baisseront pas de sitôt. Les Etats s’endettent en espérant qu’ils ne rembourseront pas. Mais ne pas payer ses dettes coute toujours plus cher, en inflation ou en perte de confiance des préteurs, que de les payer. Ils espèrent que la croissance suffira alors à les payer, mais il faut craindre que ce soit l’impôt.

L’Europe centralise

Les Etats européens organisent des plans de sauvetage au niveau européen. C’est une couche technocratique supplémentaire qui vient nuire au caractère opérationnel des décisions et dilue les responsabilités. Le financement européen apparaît surtout comme un moyen pour la Commission d’intervenir dans la politique des Etats nationaux en soumettant l’octroi des aides européennes à des conditions diverses et variées qui représentent autant d’ingérence dans la politique des Etats  à l’encontre des règles de subsidiarité qui devaient présider à la construction européenne.

Les Etats eux-mêmes font du chantage. A leur tour, ils distribuent des aides aux entreprises sous condition que celles-ci respectent des règles écologiques, sociales, financières… L’Etat prête ou garantit des prêts aux entreprises et quand celles-ci ne pourront pas rembourser, l’Etat se saisira de leur capital. Le pilotage des entreprises est transféré à la technocratie de manière insidieuse. C’est une collectivisation sans nationalisation. 

 Le secteur public enfle et les réglementations car les fonctionnaires n’ont jamais rien de plus pressé que de produire du règlement pour se montrer utiles. Et plus il y a et de fonctionnaires, plus ils veulent dépenser, plus le coût de l’Etat augmente, plus le fardeau à la charge des contribuables est pesant et plus la société est découragée d’entreprendre, plus le pays s’appauvrit ou moins il s’enrichit. Un cercle vicieux qui n’a de fin que dans la rupture ou l’effondrement.

Comment réagir

Dans le temps, nous souffrirons plus de ce paternalisme d’Etat infantilisant que du coronavirus. Le moyen de redresser la tête après une épidémie n’est pas d’étatiser la société en la faisant crouler sous l’emprunt avant qu’elle n’y succombe toute entière. Il faut plutôt redonner à chacun l’envie de repartir. L’Allemagne ne s’est pas relevée après 1945 grâce à l’argent américain, même s’il a pu y concourir, mais par l’énergie et la rage des Allemands d’oublier et de rebâtir.

Notre plus grande ressource n’est pas le trésor de la BCE, ce sont les hommes avec leurs immenses et inestimables capacités de réaction et d’inventivité, avec leurs propres et prodigieuses richesses intellectuelles, affectives, spirituelles… C’est pourquoi, pour gagner cette bataille, il faut rendre à tous les libertés fondamentales d’entreprendre, d’innover, d’embaucher et débaucher, de prendre et donner à bail, de vendre et d’acheter, d’importer et d’exporter. Il faut empêcher que le travail, l’effort, la créativité, l’investissement, l’épargne soient entravés et démobilisés par des charges fiscales sociales ou règlementaires excessives. C’est ce plan de libération qui peut seul permettre rapidement à la France de terrasser les effets économiques et sociaux du virus et du confinement, et de transformer cette adversité en victoire.

Jean-Philippe Delsol, avocat, président de l’Institut de Recherches Economiques et Fiscales, IREF

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

12 + douze =