Le français Eramet veut devenir leader européen du recyclage de batteries des véhicules électriques

Le groupe Eramet, créé en 1880, est devenu leader français dans l’industrie minière et métallurgique avec un chiffre d’affaires de 3,91 milliards d’euros.

La multinationale s’est lancée dans le recyclage de batteries, en obtenant un financement au niveau européen de 70 millions d’euros, et 10 millions d’euros en provenance de l’État français pour finaliser son projet ReLieVe.

Il s’agit d’un procédé permettant le recyclage des batteries Lithium-Ion des véhicules électrique en fin de vie en boucle fermée en Europe. Il s’agit en fait de l’unique projet de recyclage agréé au niveau européen. Eramet ambitionne, avec de solides arguments, la place de leader du recyclage européen.

Construction d’usines en France

La première étape est déjà en marche, avec un démonstrateur préindustriel, actuellement en construction à Trappes, dans les Yvelines (78), proche du centre de R&D de l’entreprise.

En parallèle, le groupe envisage la construction d’une usine spécialement adaptée au recyclage des batteries dans le nord de la France à Dunkerque, pouvant accueillir le recyclage de 50 000 tonnes de modules par an (soit environ 200 000 batteries chaque année) et devrait être opérationnel dès 2025.

Angelina Hubner

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici