La trésorerie est bien entendu le nerf de la guerre pour les entreprises, qu’il s’agisse du financement de projets de développement ou tout simplement d’assurer les besoins en fonds de roulement. Toutefois, de par les délais de règlement des clients parfois longs, ou même de leur défaillance toujours possible, sécuriser cette trésorerie n’est pas toujours aisé. Il existe cependant une solution simple, bien que trop souvent méconnue : l’affacturage. Afin d’en savoir davantage sur cette solution, quelques éléments d’information avec Philippe Mami, courtier en affacturage.

Une alternative au crédit bancaire

« Pour donner une définition simple de l’affacturage, cela consiste pour une entreprise à confier une créance à un tiers, l’affactureur ou factor, et a ainsi récupérer les fonds dans un très bref délai » confie Philippe Mami.

Le factor s’occupe ensuite de récupérer la somme due auprès du créancier. L’affacturage, qui a longtemps eu mauvaise presse en France, s’affirme comme une solution simple pour les entreprises pour assurer leurs besoins de trésorerie, sans recourir au crédit, chose qui n’est d’ailleurs pas toujours possible selon la situation financière. Le recours à l’affacturage, à travers les clauses de garantie, permet également aux entreprises de s’assurer qu’elles récupéreront bien ces créances, aspect intéressant dans des contextes fluctuants, et devient ainsi un vrai levier de financement.

Une solution efficace à la mise en place simple

Les factors, souvent filiales de banques, proposent régulièrement cette solution du fait de sa simplicité. En effet, après audit pour s’assurer de la bonne santé du créancier comme de l’émetteur de la facture, les fonds peuvent être mis à disposition en quelques heures, bien plus vite que pour un règlement à plus de 30 jours.

« Un contrôle est nécessaire pour s’assurer de l’honnêteté des parties, et il existe des délais d’instruction de quelques jours incompressibles » tempère M. Mami, qui affirme cependant que l’affacturage est une solution idéale, plus simple au quotidien que le recours au crédit.

« Cette solution est de plus accessible à toutes les entreprises, soit par abonnement, soit de manière ponctuelle, afin de répondre à des besoins épisodiques ». Des garanties peuvent être mises en place pour s’assurer de bien récupérer les sommes facturées, et les commissions des factors rendent l’affacturage relativement peu couteux. Il convient toutefois de souscrire le contrat le plus adapté à chaque situation.

Faire appel à un courtier

Si toutes les sociétés d’affacturage assurent au fond le même service, il est toutefois important de choisir l’offre la plus adaptée, et c’est là que les courtiers jouent un rôle de conseil essentiel. « Tous les factors ne recherchent pas les mêmes profils de clients, et nous aidons chaque entreprise à se tourner vers le factor le plus adapté. Nous offrons un gain de temps et d’énergie évident. De plus, il est possible de négocier des clauses qui peuvent être importantes, comme celle de la confidentialité du factor.

Certaines entreprises souhaitent en effet conserver leur relation client, que l’affacturage pourrait mettre à mal. En se tournant vers nous, les entreprises assurent leur trésorerie de la manière la plus adaptée à leurs situations » conclu Philippe Mami, qui voit l’affacturage comme un levier de développement essentiel.

Plus d’infos : www.brokeraffacturage.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

4 × trois =