Ô combien symbolique du savoir-faire industriel français, l’aciérie de Gandrange va se transformer en usine d’hydrogène. Mené par l’ancien conseiller de Nicolas Sarkozy, Frank Supplisson, qui s’est reconverti dans l’industrie, le projet devrait voir le jour en 2024 ou 2025.

Le néo industriel, désormais patron de Gandrange Industry, a racheté ce site emblématique de la sidérurgie française à ArcelorMittal fin 2019. Associé à
l’entreprise développement parisienne H2V Industry (Groupe Samfi), il prévoit d’installer deux unités de production d’hydrogène à Gandrange.

« La transition écologique, c’est la production d’hydrogène vert, assure le DG de H2V, Jean-Marc Léonhardt. Nous sommes les premiers, en 2016, à avoir pris le train de l’hydrogène. Nous avons deux à trois ans d’avance sur la concurrence. »

Les travaux de démolition de l’ancienne aciérie ont déjà commencé. Au total, ce sont près de 250 millions d’euros qui seront investis avec 170 emplois à la clé. À terme, Frank Supplisson envisage d’agrandir le site et de créer 300 emplois.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

6 + dix-sept =