La Chine n’a pas l’intention de renoncer à sa politique de réforme et d’ouverture. C’est la preuve de la nouvelle zone pilote de libre-échange localisée dans sa province insulaire de Hainan, une réalisation qui enchante des opérateurs économiques étrangers déjà opérationnels dans ce coin de la Chine.

Tout est mis en place pour faire l’île de Hainan l’une des provinces chinoises économiquement fortes. Plusieurs mesures d’assouplissement sont en en train d’être mises en œuvre par l’autorité locale de l’île. Une destination déjà très prisée des touristes étrangers, cette province entend désormais forger sa réputation économique.

En effet, c’est depuis le 1er juin 2020 que la Chine a dévoilé une série de nouveaux plans pour la construction de la plus grande zone économique spéciale (ZES) de la province de Hainan. A travers ce projet de classe mondiale, la Chine voudrait mettre l’accent sur le développement de son marché financier, a récemment lâché le gouvernement de l’île lors d’un point de presse.

« Pour les investisseurs étrangers, nous appliquerons le traitement national préalable à l’établissement avec la liste négative exclusive du port de libre-échange de Hainan. Pour les entreprises qui dépendent des secteurs du tourisme, des services et de la haute technologie, nous exonérerons leurs revenus d’investissement direct à l’ étranger de l’impôt sur le revenu », a affirmé Shen Xiaoming, gouverneur de la province de Hainan.

M. Shen a également ajouté que les entités du marché bénéficieront d’une série de facilitations en termes d’investissement, d’impôt et d’accès aux marchés dans leurs activités au port de libre-échange de Hainan. En plus, la demande de licence et l’approbation du gouvernement ne seront pas nécessaires pour les industries, qui ne sont pas interdites par la loi ou les normes obligatoires, a-t-il encore assuré.

Dans sa politique d’ouverture, Hainan mise aussi sur les petits investisseurs. C’est le cas de Lorenzo Samuel, jeune entrepreneur italien qui tient un restaurant depuis 2012 à Sanya, ville-cité balnéaire, située au sud de Hainan. Il voit dans ce projet de zone de libre-échange une belle opportunité de fructifier ses affaires.

Un soutien de 142 millions de USD

Si la Chine poursuit sa politique de réforme, en accordant notamment des avantages aux investisseurs étrangers à travers notamment la levée des restrictions et autres interdictions dans la mise des zones de libre-échange, il en ressort que le gouvernement s’amène aussi avec des capitaux frais. 142 millions de USD, c’est le montant de l’enveloppe affectée au soutien de l’industrie de la blockchain par la culture des talents, du social et d’autres secteurs », a fait savoir le gouverneur de la province. Pour Pékin, les technologies très modernes, comme la blockchain, aidera à mettre en place un système de gouvernance portuaire de libre-échange standardisé, complet et efficace.

D’après le plan de la Chine, l’environnement commercial de Hainan atteindra le niveau de première classe en 2025, et le port de libre- échange de Hainan deviendra un nouveau pôle de l’économie ouverte de la Chine en 2035. A noter que le plan général pour le port de libre-échange de Hainan s’est donné l’objectif de construire un complexe sectoriel combiné, qui sera capable de se complémenter avec les autres ports de libre-échange voisins, et pro- mouvoir ainsi le développement économique régional et mondial.

A en croire Noriyoshi Ehara, économiste en chef de l’Institut du Commerce et des Investissements internationaux (Institute of International Trade and Investment) du Japon, grâce à sa position géographique, situé au centre de la zone de jonction des cercles économiques de l’Asie de l’Est et de l’Asie du Sud-Est, il se peut que le port de libre-échange de Hainan devienne une base importante pour le libre-échange international de haut niveau propice du développement sain de l’économie mondiale.

Michel Roux

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

2 × trois =