La Chaussette de France, du groupe Tismail, spécialisée dans la fabrication de chaussettes 100% Made in France développe son réseau de magasins physiques.

Après le site marchand qui fonctionne à plein régime, l’enseigne passe désormais aux boutiques en ville. Elle fournit également l’Armée Française, La Poste et la gendarmerie.

Tismail est une entreprise troyenne, créée en 1961, par Jean-Marie Laumone, avec pour ambition la fabrication de chaussettes pour des marques ou la Grande distribution. Le groupe a collaboré avec succès avec Le Slip français, La redoute ou encore Aigle et Fusalp. La PME est reprise en 2010 par Alain Laumone, le fils, Benoît Seguin la rejoint en 2010 en tant que PDG (en rachetant 40% de l’entreprise) et envisage alors de créer sa propre marque, ce qui sera fait quelques années plus tard, La Chaussette de France était née.

Une démarche inverse

La Chaussette de France a pris le contrepied des spécialistes en créant d’abord un site internet et également en proposant ses chaussettes par l’intermédiaire d’un réseau de revendeurs spécialisés, comme Au Vieux Campeur. Ce fut un succès immédiat.

L’enseigne désirant passer à l’étape supérieur, vient d’ouvrir trois magasins, à la Rochelle et à Lyon, en 2021, puis un nouveau à Lille, début avril et envisage l’ouverture de 10 boutiques d’ici 2027. Dans ses propres boutiques l’enseigne ne vends que sa propre marque, des produits techniques, du trail au running en passant par le ski, mais aussi des chaussettes plus décontractées pour tout le monde, hommes, femmes et enfants. Un quatrième magasin devrait ouvrir ses portes à la rentrée 2022 à Arcachon, et présentera une particularité, il s’agira d’un magasin éphémère pour une durée de six mois, afin de tester le marché.

Sortir du système

Depuis 2012, la marque s’est considérablement développée au point de peser déjà plus de 20 % du chiffre d’affaires global du groupe. Le chiffre d’affaires des chaussettes est passé de 700 000 euros à plus de 1,3 millions d’euros en 2022, un tier du CA sera réalisé en boutique. Le but, à peine avoué, est de s’émanciper de la grande distribution et Benoît Seguin, garde dans un coin de sa tête un développement à l’international de ses boutiques. La Chaussette de France est déjà présente chez une centaine de revendeurs à travers toute l’Europe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

5 × 5 =