Créé à l’initiative de la FNAIM du Grand Paris, le World Property Business Club (WPBC) met à la disposition des professionnels de l’immobilier une représentation active pour aller investiguer les opportunités d’investissements sur les marchés internationaux. André Perrissel et Abde Gacem, membres du conseil du WPBC, répondent aux questions.

Quel est, pour vous, le marché auquel s’intéresser aujourd’hui ?

Le WPBC a déjà investi nombre de marchés étrangers. Cela a commencé par Barcelone, puis San Francisco, les grandes villes de Floride avec lesquelles nous avons déjà bien avancé, etc.. Aujourd’hui, une des opportunités très intéressante est indéniablement Dubaï.
Une des raisons de ce choix est sa fiscalité avantageuse : pas d’impôt sur le revenu, pas de taxe foncière, uniquement des droits de mutation de 4% lors de l’acquisition d’un bien.

Cela fait de Dubaï un paradis fiscal pour investir dans l’immobilier. Les promoteurs permettent une facilité de crédit de 50 % du prix d’achat du bien, payable sans intérêt dans une période de deux ans à partir de la livraison du bien. Les banques locales prêtent aux investisseurs étrangers à des taux de crédit avantageux. Bref, Dubaï est réellement un melting-pot de nationalités et un hub pour les activités financières, artistiques et numériques.

Quelle rentabilité attendre d’un investissement à Dubaï ?

Dubaï est un vaste chantier de construction qui ne s’arrête jamais. Des grues s’élèvent dans le désert pour bâtir des programmes immobiliers tous plus luxueux les uns que les autres. Les prix flambent, malgré l’offre pléthorique, justement parce que la demande est très forte. Les prix de l’immobilier ont augmenté d’environ 25% depuis notre dernière visite en 1999. Tous les programmes que nous avions suivi à l’époque sont sortis de terre et ont été vendus. Il faut désormais compter plus de 4.500 € le m2 pour un appartement dans un immeuble neuf de grand standing. La rentabilité d’un investissement immobilier est de l’ordre de 6% (net d’impôt).

Quel est le produit type que l’on peut acquérir à Dubaï et à quel prix ?

Quatre grands promoteurs se partagent le marché de la construction à Dubaï : Emaar, Damac, Sobha et Omni Yat. Les réalisations sont de qualité, autant pour les parties communes des copropriétés (hall d’accueil spacieux, vastes couloirs, ascenseurs ultra modernes, climatisation, réseau wifi …), que pour les parties privatives : les appartements sont de très belle facture, avec balcon, baies vitrées, vue imprenable, pièces vastes et bien agencées, cuisine équipée.

Par exemple, les chambres sont équipées de salle de bain avec baignoire et douche pour la suite parentale, ou salle d’eau pour les chambres d’enfants. Il y en a pour tous les goûts et toutes les bourses, du studio à partir de 100.000 € au 4 pièces à partir de 450.000 €.

Comment contractualiser ?

Il existe plusieurs types de partenaires locaux représentatifs du marché : avocats, notaires, agents immobiliers… Pour y voir clair là-de-dans, nos adhérents WPBC, en partenariat avec les promoteurs, offrent à leur clientèle l’accès aux meilleurs conseils et intermédiaires, notamment à l’avocat en charge de la rédaction des actes pour sécuriser les actes juridiques de leur investissement. Certaines pratiques sont à connaitre. Par exemple, pour les investisseurs, il faut savoir que le bail d’habitation est d’une année avec faculté de renouvellement. Se pose aussi la question de l’utilité d’avoir une résidence permanente ? Dubaï est un hub pour le business. Il est très facile, sur place, de créer une société dubaïote pour gérer une activité off-shore.


LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

1 × trois =