Après une carrière de responsable R&D chez Arcelor puis dans une filiale «véhicules électriques» du groupe Dassault, Fabien Gaben s’est lancé dans l’aventure : «J’ai eu envie de valoriser mon expérience en lançant mon propre projet».

Avec une enveloppe de 700 K€ de fonds privés et publics et le soutien de Bpifrance, il met au point, en collaboration avec l’ENS Lyon et l’Institut Carnot de Bourgogne, une nouvelle génération de micro-batteries issues des nanotechnologies, avec la capacité de stocker, dans le même espace, dix fois plus d’énergie que les batteries actuelles, soit une autonomie pouvant atteindre 15 ou 20 ans, tout en pouvant être soudées directement sur le circuit intégré.

Après avoir protégé sa découverte par 8 brevets, Fabien Gaben lance sa start-up et lève 3,2 M€ auprès de partenaires financiers (Innovacom, Demeter Partner et Rhône-Alpes Création), convaincus de l’importance du marché mondial pour cette invention française.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici