Easyblue, jeune pousse aux dents longues, spécialisée dans l’assurance des dirigeants de PME/TPE et des indépendants vient de passer sous le giron de L’assureur Prévoir, qui prend 70% dans le capital et injecte au passage 5 millions d’euros.

Easyblue est née avec l’idée de rendre l’assurance professionnelle plus facile et simple. Elle est devenue en quelques mois, la première néo-assurance en France au niveau des TPE et des indépendants et entrepreneurs. François-Xavier Combe, son fondateur, fait le point sur les créations d’entreprises en France et sur le secteur des assurances liées aux nouvelles entreprises.

Combien d’entreprises se créent en France ? Quelle évolution peut-on constater ?

L’INSEE annonce près d’1 million d’entreprises créées en 2021 (996 000 exactement). Pour remettre en contexte ce que le ministre de l’Économie et des Finances rapporte comme un chiffre historique, il est important de reprendre les relevés de ces dernières années. Avec 691 000 créations en 2018, 815 000 en 2019 et 848 000 en 2020, chaque année semble ici faire office de record, pourtant, l’évolution positive de 17,4% entre 2020 et 2021 constitue en effet un chiffre bien supérieur.

Autre information importante : cette évolution est constituée en majeure partie par l’installation d’entrepreneurs indépendants. Avec 641 000 nouvelles micro-entreprises en France, c’est 150 000 créations de plus qu’en 2020 de ce côté. Malgré un premier confinement qui avait entrainé un fort ralentissement dans la création d’autoentreprises au second trimestre 2020, un rebond soutenu aura permis de confirmer l’engouement pour le statut.

Combien d’entrepreneurs n’assurent pas leur business ?

Notre dernière étude révèle qu’encore trop peu d’entrepreneurs sont sensibilisés aux risques que représente leur activité professionnelle. En effet, parmi les 464 indépendants interrogés, 52% répondent ne pas avoir assuré leur business contre les risques élémentaires.

Rapporté au nombre d’indépendants en France, cela représente plus de 1,8 million d’entreprises individuelles non couvertes et autant de risques pour leurs clients et partenaires. Pour rappel, l’assurance RC Pro couvre pourtant tous les dommages pouvant être faits à des tiers dans le cadre d’une activité professionnelle.

Y-a-t-il des différences entre indépendants et dirigeants des TPE ?

On remarque en interrogeant les dirigeants de TPE, que ces derniers sont globalement mieux couverts. Avec un nombre toujours important de 40% d’entreprises non assurées, c’est tout de même 12 points de moins que chez les indépendants.

Il semble également que la taille de la structure influe sur l’accès à l’information. On constate que les indépendants sont 45% à ne pas disposer d’informations sur le sujet de l’assurance pro, contre seulement 36% des dirigeants de TPE. Ces chiffres peuvent facilement s’expliquer par une difficulté pour les travailleurs indépendants à traiter des sujets qui ne concernent pas directement la croissance de leur entreprise.

Comment expliquer ce manque de couverture ?

Avec moins d’un entrepreneur sur deux au courant de l’existence de la responsabilité civile professionnelle, c’est à la racine que le problème doit être traité.

Ce n’est ni plus ni moins que le cheval de bataille de l’assurance professionnelle aujourd’hui. Avec près de 2/3 des créations d’entreprises assurées par des entrepreneurs individuels, il est évident que des solutions doivent être apportées. C’est aujourd’hui la mission de toute l’industrie de sensibiliser le nombre toujours plus important de petites entreprises et d’indépendants pour leur permettre de couvrir au mieux les risques liés à leur activité.

Quel rôle joue le tarif ?

Contrairement à ce qu’on pourrait penser, le tarif ne constitue pas une explication à cette absence de couverture. Pour 82% des entrepreneurs interrogés, c’est plutôt le manque de temps et d’informations qui sont évoqués, contre seulement 16% pour le tarif.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

8 + trois =