Le secteur du service à la personne, qui répond aux besoins des familles et personnes fragilisées, réalise 6% de croissance chaque année. Face à une population française vieillissante, ce marché est en plein essor, mais paradoxalement, peine à recruter. Quelles opportunités pour les futurs franchisés ?

Selon les projections de l’INSEE, près de 4 millions de Français auront 80 ans et plus en 2020. Les enseignes de SAP (services à la personne) semblent donc assises sur une mine d’or. Cependant, le secteur reste écorné par une concurrence grandissante et une menace du modèle «BtoBtoC», favorisant les plates-formes d’intermédiaires et l’ubérisation de cette activité.

Résultat, cette année, peu d’entrants notables sur le marché largement trusté par des poids lourds comme O2 Care Services, Shiva ou Adhap Services, mais un fort déploiement en franchise des marques. En effet, l’heure est bien au maillage du territoire avec des réseaux connus qui bénéficient d’une identité forte, d’un savoir-faire élargi et renouvelé.

Pour faire face à la nouvelle concurrence, le choix des réseaux est de monter en gamme pour revaloriser leurs services et stimuler la demande.

L’importance de se diversifier

Les réseaux optent également pour des bouquets de services, afin de répondre aux demandes les plus variées de la vie quotidienne. En clair, il leur faut passer d’une logique transactionnelle, fondée sur le prix, à une logique de services, et ainsi s’inscrire dans un cadre beaucoup plus large, articulé autour du bien-être et du bien-vivre des particuliers (électricité, plomberie, conseil/aménagement…).

Autre alternative au déploiement d’offres multicanales, la microfranchise, qui permet à des entrepreneurs motivés d’investir avec une fourchette de prix basse, 30.000 € d’apport personnel en moyenne. Et la recette fonctionne, notamment avec les enseignes challengers comme Mon coursier de quartier, MonAssistantnumérique.com et Les Chérubins, ou leaders, comme le groupe O2 Care Services pour le jardinage à domicile.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici