La formation est un enjeu économique et social majeur. Apprentissage nécessaire à l’exercice d’une activité professionnelle donnée, elle offre l’opportunité aux salariés d’être acteur de leur propre évolution de carrière tout au long de leur vie.

A ne pas confondre avec la formation initiale assurée par le système éducatif, la formation professionnelle continue s’adresse aux salariés en poste ou en recherche d’emploi.

Une démarche gagnant-gagnant pour tous les acteurs

La formation professionnelle implique en effet tous les acteurs économiques, en premier lieu les salariés soucieux d’entrer dans la vie active, d’actualiser leurs connaissances ou de se une réorienter complètement.

Il en va de même pour les demandeurs d’emploi en phase de réinsertion par une remise à niveau ou l’acquisition de nouvelles compétences. Côté employeurs, une meilleure qualification des salariés contribue à améliorer leur efficacité et donc leur employabilité à long terme et à accroitre la compétitivité et les performances des entreprises.

Les différents dispositifs de formation

La formation professionnelle, obligation légale inscrite dans le Code du Travail, s’adresse à tous à travers de multiples dispositifs. Le Plan de Développement des Compétences en remplacement de l’actuel Plan de Formation est destiné à accompagner les salariés face aux évolutions technologiques, (robotisation, outils numériques…), à l’origine de la disparition de nombre de métiers et l’émergence d’autant de nouveaux…

S’y ajoutent les formations en alternance dans le cadre des contrats de professionnalisation ou d’apprentissage et pour les demandeurs d’emploi, des stages de formation financés par les conseils régionaux.

La formation s’adapte aux évolutions technologiques et sociétales

Les organismes de formation disposent d’un large éventail de méthodes de formations, traditionnelles ou plus novatrices, en fonction de l’attente et du profil des apprenants :

  • Les formations présentielles : cours particuliers sur mesure ou cours collectifs, ces formations sont dispensées dans des centres de formation ou au sein même des entreprises.
  • Les formations distancielles en ligne ou e- learning : très prisées des apprenants éloignés des centres de formation, ces formations ‘’multi-devices’’, qui dispensent des cours individuels ciblés, reposent sur l’utilisation des outils numériques modernes, smartphones, tablettes, PC, visio-formation…
  • Le « blended-learning » :méthode de formation mixte qui alterne des sessions de formation à distance et d’autres en face-à-face.

La réforme de la formation : les points clefs de la loi « Avenir Professionnel »

Le texte de la loi, censé remodeler, promouvoir et faciliter l’accès à la formation des actifs, instaure de nouveaux droits, qui vont entrer en vigueur le 1er janvier 2019 :

  • Le compte personnel de formation : les heures inscrites sur le CPF seront converties en euros et chaque salarié cumulera 500 euros par an (jusqu’à 800 euros pour les moins qualifiés) pour payer la formation de son choix sans aide tierce.
  • Création du CPF de transition professionnelle : il prend le relai du CIF, congé individuel de formation qui disparait et permettra au salarié de demander la prise en charge d’une formation de réorientation professionnelle et de bénéficier d’un congé spécifique.
  • Mise en place d’une plateforme numérique, pour accéder plus facilement à toutes les informations sur les droits des salariés et les formations existantes, dont la liste sera élargie.
  • Côté apprentissage, la loi prévoit la création du Dispositif Pro-A, destiné à permettre d’effectuer un parcours de reconversion en alternance en conservant son poste
  • Sont également prévus le recul de l’âge limite de l’apprentissage à 29 ans au lieu de 25, l’augmentation de la rémunération des apprenants et de nouvelles mesures pour encourager leur mobilité à international
  • Le conseil en évolution professionnelle (CEP), service gratuit d’accompagnement et d’orientation des actifs dans leurs projets d’évolution est redéfini : il sera élargi à de nouveaux interlocuteurs locaux et assurera de nouvelles missions.

Une démarche gagnant-gagnant pour tous les acteurs

La formation professionnelle implique en effet tous les acteurs économiques, en premier lieu les salariés soucieux d’entrer dans la vie active, d’actualiser leurs connaissances ou de se une réorienter complètement.

Il en va de même pour les demandeurs d’emploi en phase de réinsertion par une remise à niveau ou l’acquisition de nouvelles compétences. Côté employeurs, une meilleure qualification des salariés contribue à améliorer leur efficacité et donc leur employabilité à long terme et à accroitre la compétitivité et les performances des entreprises.

Les différents dispositifs de formation

La formation professionnelle, obligation légale inscrite dans le Code du Travail, s’adresse à tous à travers de multiples dispositifs. Le Plan de Développement des Compétences en remplacement de l’actuel Plan de Formation est destiné à accompagner les salariés face aux évolutions technologiques, (robotisation, outils numériques…), à l’origine de la disparition de nombre de métiers et l’émergence d’autant de nouveaux…

S’y ajoutent les formations en alternance dans le cadre des contrats de professionnalisation ou d’apprentissage et pour les demandeurs d’emploi, des stages de formation financés par les conseils régionaux.