Arbia Smiti, fondatrice et CEO de Rosaly (Photo : Rosaly)

En France, plus de 95% des découverts bancaires sont généralement des imprévus financiers. Et cela coûte très cher, plus de 7 milliards d’agios bancaires par an. La startup Rosaly, fintech innovante à impact social, veut changer cela.

En France, l’acompte est toujours mal vu, pire encore, certaines personnes dans le besoin ne l’osent pas demander, alors que c’est un droit (article L3242-1 du Code du travail). Aux Etats-Unis ou en Angleterre, c’est tout le contraire. L’acompte est devenu monnaie courante et n’étonne plus personne. 

Rosaly, une jeune pousse française parisienne, créée en 2019 par Arbia Smiti, déjà à l’origine de la marketplace Carnet de Mode en 2010, vient de lever 10 M€ pour développer son modèle économique et offrir la possibilité d’un acompte aux salariés. La jeune pousse dispose déjà d’un réseau de 150 clients en France, dont trois des plus grandes entreprises du marché, Sodexo, le groupe UP et Bimpli, qui s’occupent des avantages des salariés du groupe BPCE.

Ce nouvel accord va permettre à 33 millions de salariés en Europe ainsi qu’en Afrique du Nord, de pouvoir améliorer le bien-être financier, en touchant leur salaire à la demande et sans frais…Une pierre dans la mare pour le secteur bancaire. A court terme, ce sont plus de 100 millions de salariés qui seront concernés.

Cette deuxième levée de fonds, après les 1,5 million d’euros en avril 2021, devrait permettre à l’entreprise de s’ouvrir à l’international d’ici fin 2024. L’ambition de la startup est de devenir leader européen sur son marché. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

17 − 2 =