Notre société valorise de plus en plus les caractères extravertis : pour réussir, il est bon d’être sociable, charismatique et de savoir travailler en équipe. À l’inverse, le discret, qu’il soit collègue de bureau ou chef d’entreprise, est souvent moins apprécié et ne semble pas adapté aux défis actuels. Pour en finir avec cette discrimination, il est bon de rappeler que chaque personnalité a ses atouts qu’il convient de valoriser par une meilleure estime de soi.

Remarquez-vous des détails qui échappent aux autres ? Préférez-vous les tête-à-tête aux mondanités bruyantes ? Doit-on toujours solliciter votre opinion ou vos idées pour que vous les exprimiez ? Avez-vous le vertige lorsque tout s’agite autour de vous ? Ne vous inquiétez pas, vous êtes simplement introverti, voire discret.

Pour résumer, quelqu’un est introverti, au sens psychologique du terme, s’il préfère intérioriser (garder pour lui-même) ses opinions et ses émotions, ne les exprimant que dans des circonstances particulières. Quelqu’un est extraverti si, au contraire, son inconscient le pousse à extérioriser et à exprimer facilement ses opinions ou ses émotions.

A l’origine, le psychiatre Carl Gustave Jung

Introversion-extraversion est l’une des grandes dimensions de la personnalité proposée par le psychanalyste Carl Gustav Jung, dans le cadre de la typologie jungienne. Jung met cependant en garde ses lecteurs en indiquant qu’« il est assez stérile d’étiqueter les gens et de les presser dans des catégories. »

 Pour ce qui est de l’introversion et de l’extraversion, Jung reprend les catégories platoniciennes d’extraversion et d’introversion pour décrire la « surdétermination » externe ou interne du comportement.

En 1921, le psychiatre suisse-allemand Carl Gustav Jung voyait l’introversion et l’extraversion comme les briques de base de la personnalité : les introvertis sont attirés par le monde intérieur des idées et des émotions. Les extravertis sont attirés  par la vie sociale et les activités.

Les introvertis se concentrent sur le sens qu’ils donnent aux événements qui les entourent, les extravertis plongent au coeur des événements eux-mêmes. Les introvertis rechargent leurs batteries en étant seuls tandis que les extravertis ressentent le besoin de les recharger lorsqu’ils ne socialisent pas assez.

Le fameux test de personnalisé Myers-Briggs Indicator, massivement utilisé aux Etats-Unis, est d’ailleurs basé sur la typologie de Jung. On notera au passage que si le test lui-même et ses indicateurs sont évidemment controversés dans la communauté scientifique, l’axe Introversion-Extraversion a été reconnu en 1991 par l’Académie Nationale des Sciences (américaine) comme jouissant d’une forte validité.

Et les psychologues modernes semblent tomber d’accord sur le fait qu’ introvertis et extravertis diffèrent quant au niveau de stimulation extérieure dont ils ont besoin pour fonctionner de manière optimale. Mais attention à ne pas confondre introversion et timidité: tous les introvertis ne sont pas nécessairement timides.

La timidité est une peur de la réprobation ou de l’humiliation publique, tandis que l’introversion est une préférence pour les environnements qui ne sont pas sur-stimulants. La timidité est intrinsèquement pénible. L’introversion pas.

Du côté de l’introversion

L’introversion désigne l’« état, ou la tendance, orienté par une gratification interne et le bien-être mental de l’individu concerné. » 

Certains romanciers caractérisent les introvertis comme des individus dont l’énergie psychologique se concentre à travers la réflexion et qui diminue durant une interaction sociale. Les individus introvertis seraient plus réservés et moins bavards en groupe.

Ils prennent plaisir lors d’activités solitaires comme la lecture, les écrits, l’utilisation d’un ordinateur, ou la balade. L’art, la musique, l’ingénierie, la sculpture et autres activités artistiques sont des professions hautement introverties. L’individu introverti prend plaisir seul plutôt qu’en groupe, bien qu’il puisse apprécier des activités entre amis.

Il préfère se concentrer sur une activité simple et observe les situations avant d’y participer : cette action est particulièrement observée dans le développement de l’enfant et l’adolescent. Les individus introvertis prennent le temps d’analyser avant d’agir.

Ce qu’apporte l’intraversion

– Concentration

– Réflexion

– Calme

– Attention

– Approfondissement

 

Ce qui peut gêner avec l’intraversion

– Absence d’expression

– Manque de réaction

– Ennui

– Distance et froideur

– Inhibition

Pour bien s’entendre avec les intravertis

–  Donnez-leur du temps pour penser et résoudre les problèmes par eux-mêmes

–  Respectez leur besoin de passer du temps seul

–  Passez du temps avec eux en silence, en faisant ensemble des choses « seuls »

–  Essayez de clarifier vos idées avant de parler

–  Respectez leur besoin de garder certains sujets privés

–  Ne les forcez pas à socialiser ou à interagir avec beaucoup de monde

Ne pas confondre avec la timidité !

L’introversion n’est pas identique à la timidité ou à l’isolement social. Ces individus préfèrent généralement des activités solitaires plutôt que sociales, tandis que les individus timides (extravertis dans le cœur) évitent les interactions sociales à cause de la peur et de l’anxiété.

Du côté de l’extraversion

L’extraversion définit l’« état, l’acte ou l’habitude, orientée par une gratification externe à la personnalité. » Les individus extravertis tendent à se satisfaire des interactions sociales et à être enthousiastes, bavards, et assertifs notamment. Ils prennent plaisir à participer à des activités en groupe, comme des fêtes, des manifestations publiques, entre autres. La politique, l’enseignement, le management, les activités commerciales favorisent l’extraversion. Un individu extraverti préfère interagir socialement plutôt que de rester seul.

En termes d’énergie

L’énergie des extravertis est projetée, dirigée vers les gens et les choses extérieures. L’énergie des introvertis est, à l’opposé, concentrée à l’intérieur d’eux-mêmes et elle interagit fortement avec leurs pensées, leurs perceptions et leurs réactions. Donc, les extravertis sont naturellement plus actifs, expressifs, sociables, alors que les introvertis sont réservés, discrets, et ils interagissent un peu moins, quoique leurs actions soient généralement plus réfléchies. Ainsi, si vous ne savez pas ce que pense un extraverti, c’est que vous ne l’avez pas écouté. Alors que si vous ne savez pas ce que pense un introverti, c’est que vous ne lui avez pas demandé.

Ce qu’apporte l’extraversion

– Dynamisme

– Facilité de contact et de liens

– Goût de l’action

– Circulation de l’énergie

Ce qui peut gêner avec l’extraversion

– Excès de parole

– Manque d’écoute

– Action irréfléchie

– Remarques blessantes

– Tempérament fort

Pour bien s’entendre avec les extravertis

– Donnez-leur beaucoup de signes de reconnaissance et d’attention

– Appréciez leur capacité à initier des activités et des conversations

– Ne les interrompez pas lorsqu’ils parlent, afin qu’ils puissent résoudre les problèmes et clarifier leurs idées

– Sortez et faites des choses avec eux

– Respectez leur besoin d’être avec leurs autres amis

Ni introverti ni extraverti : ambivert !

En psychologie, les chercheurs considèrent que l’introversion et l’extraversion comme un « trait » de personnalité – c’est-à-dire une caractéristique personnelle, formée lors de notre enfance, et relativement stable au cours de notre vie. 

Le trait de personnalité lié à l’introversion-extraversion peut être vu comme un continuum sur lequel chacun d’entre nous pourrait se situer. Nous serions ainsi plutôt extravertis ou plutôt introvertis. Mais certains d’entre nous peuvent se situer au « centre » de ce continuum, comme s’ils n’étaient ni vraiment extravertis, ni vraiment introvertis.

Pour certains chercheurs en sciences humaines, lorsque nous ne penchons pas plus pour l’introversion que pour l’extraversion, nous serions des « ambiverts ». Les personnes «ambivertes» seraient particulièrement adaptables et pourraient naviguer confortablement entre les situations solitaires et les contextes de sociabilité.

Nous vivons dans un monde où l’extraversion est mieux perçue que l’introversion. Pourtant, si l’on relit Jung, on comprend combien ces stratégies différentes peuvent être complémentaires et à quel point il peut être intelligent de les faire co-exister en soi et dans nos relations avec les autres.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici