La version bleu-blanc-rouge de l’Artelec 670, le scooter électrique de la société Eccity, attirait tous les regards lors de la dernière édition du salon Made in France.

 Avec une puissance équivalente à celle d’un 125 cc, une autonomie qui atteint les 100 km, une vitesse de pointe de 100 km/h, la possibilité de le recharger sur une simple prise de courant et un prix de vente de 7.500 € (un peu élevé mais amorti avec la consommation et l’entretien réduit, en attendant un bonus écologique, comme pour les voitures), ce deux-roues a de quoi séduire les utilisateurs exigeants.

Christophe Cornillon a créé son entreprise à Grasse, dans les Alpes-Maritimes, en 2011, pour distribuer des scooters électriques, avant de se lancer dans un pari fou, produire en France, en 2013.

«Nous avons conçu notre propre modèle en partenariat avec des industriels européens. Notre équipe comprend 5 experts en technologies innovantes, tous passionnés de deux-roues. Nous avons notamment développé et breveté un système d’optimisation de la température des batteries Lithium-Ion embarquées, ce qui permet de réduire leur encombrement et de disposer du volume complet du coffre de selle».

Ce changement de stratégie a suscité l’intérêt d’investisseurs privés qui ont apporté 500 K€ à l’entreprise en 2014. De quoi lancer une première pré-série, d’effecteur les adaptations nécessaires et de débuter la commercialisation. Après les premiers contrats, notamment avec la ville d’Aix-en-Provence, la jeune pousse cherche aujourd’hui à conquérir les particuliers et à bâtir un réseau de distribution.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici