2016 s’annonce exceptionnelle pour le marché de l’immobilier. En cause ? Le retour en force du prêt à taux zéro, l’impact de la loi Hamon sur les assurances emprunteurs, combinés à une baisse toujours historique des taux, des prix de l’immobilier stabilisés, et un indicateur de confiance en hausse chez les emprunteurs. Voilà donc le parfait combo à destination de ceux qui n’ont pas encore osé franchir le cap de l’emprunt, et de concrétiser leur projet d’acquisition. Rencontre avec Arasalain el-Kessir, président-fondateur de Bourse des Crédits.

Entreprendre : Pourquoi la concurrence entre les banques profite-t-elle aux emprunteurs ?

Arasalain el-Kessir :

Après une période de stagnation au 2ème semestre 2015, les banques n’ont pas attendu longtemps avant de baisser les taux des emprunts immobiliers accordés aux particuliers. Ainsi, au 1er février, le site de BoursedesCrédits affichait des taux en baisse de 0,5 point par rapport au mois de décembre : 1,95% sur 20 ans et 2,30% sur 25 ans, et même -1,5 point sur 15 ans à 1,60% pour les meilleurs profils contre 1,75% fin 2015.

Parmi les principaux acteurs oeuvrant dans ce sens, on peut citer par exemple la Caisse d’épargne Île-de-France, BNP Paribas, ou encore les différentes caisses régionales de la Banque Populaire. Les taux à la baisse permettent aujourd’hui de réaliser un réel gain.

Cette situation bénéficie non seulement aux nouveaux emprunteurs, mais également à tous ceux qui prévoient de renégocier leur crédit immobilier. Toujours dans une logique de concurrence pour attirer de nouveaux clients, les établissements bancaires usent de la stratégie du meilleur taux en vue de parvenir à la domiciliation des revenus des prospects. Cette évolution pourrait également s’expliquer par les décotes misent en place pour les jeunes emprunteurs primo-accédants.

 Le marché de l’immobilier va-t-il repartir à la hausse ?

Après un 1er semestre 2015 marqué par une période de stabilité, le volume des transactions immobilières réalisé dans la même année a augmenté de façon continue et rapide depuis juin, pour ainsi atteindre, selon la FNAIM, 800.000 ventes. Cela va sans dire que l’extension de l’indicateur de confiance des ménages y est également pour quelque chose.

Ainsi, plusieurs régions ont connu une croissance importante des vente, à l’image de la Bretagne (+19,7%), l’Aquitaine (+18,3%), le Centre (entre 17 et 18%), ou encore la Basse-Normandie et la région Rhône-Alpes. Les prix n’échappent pas non plus à une inflation orientée légèrement à la hausse au dernier trimestre. De ce fait, ils ont subi une augmentation de 1,9% en France métropolitaine, et 0,7% en Île-de-France.

Une évolution qualifiée par la FNAIM de cohérente avec celle du volume des transactions. Une forte reprise est particulièrement notable dans le neuf. Les réservations ont augmenté de 16,7% par rapport à 2014, à 99.465 unités selon la FNAIM. La construction de ces logements laisse présager une relance de l’activité dans le secteur du bâtiment en 2016 et donc une hausse de la demande de crédits.

Enfin, les nouvelles conditions d’octroi du prêt à taux zéro (PTZ) devraient quant à elles participer favorablement au soutien du marché de l’accession à la propriété cette année et au retour des primo-accédants.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici