Accueil Éco Covid-19 : la Suisse, terre d’accueil des investisseurs français ?

Covid-19 : la Suisse, terre d’accueil des investisseurs français ?

Schweizer Flagge mit Kurstabellen und Grafiken zur wirtschaftlichen Entwicklung.

De nombreux Français fortunés s’interrogent sur la manière de protéger leur patrimoine en temps de crise. Dans ce contexte, les investisseurs vont-ils se tourner vers la Suisse ? Les réponses de Hubert Schwärzler, fondateur de l’entreprise suisse Liti-Link.

La Suisse attire-t-elle toujours autant les investisseurs français ?

La Suisse est toujours une destination attrayante pour les investisseurs étrangers, y compris les investisseurs français. Les principales raisons sont : la stabilité économique et politique, un système juridique transparent, une infrastructure stable et diversifiée et un marché des capitaux fort avec une monnaie forte.

La Suisse continue d’être l’épicentre de la gestion des actifs offshore. Un quart des actifs mondiaux sont investis en Suisse ! En même temps, la Suisse reste l’un des pays ayant les secteurs financiers les plus opaques (selon l’indice de secret financier, la Suisse se classe troisième, après les Îles Caïmans et les États-Unis).

Face à la crise, le franc suisse reste-t-il une valeur sûre ?

Le franc suisse est une monnaie extrêmement forte, stable et sûre et actuellement également très appréciée. Le franc suisse a toujours résisté, jusqu’à maintenant en tout cas, à toutes les crises.

Les banques suisses notent-elles plus de demandes de la part des investisseurs français ? 

Pour répondre à cette question avec des chiffres concrets, il faudra attendre la fin de la crise. Cependant, on peut dire que les banques suisses continuent d’être perçues comme sûres et stables, même si le secteur bancaire suisse a connu quelques scandales ces dernières années. Le secret bancaire n’est plus d’actualité, car ce pays alpin, réputé pour sa discrétion, participe désormais au programme de « l’échange automatique d’informations » et transfère ainsi les coordonnées bancaires des clients vers d’autres pays.

Il est à noter également, que plusieurs banques suisses ont été condamnées à de lourdes sanctions internationales pour avoir hébergé de l’argent non imposé des investisseurs du monde entier. Pour rappel, les banques et gestionnaires d’actifs suisses doivent verser des rétrocessions (commissions de vente de tiers) aux investisseurs. Les banques suisses avaient collecté et retenu illégalement des commissions pendant des années sans en avoir informé leurs clients. Entre-temps, plusieurs décisions de la Cour suprême suisse indiquent clairement que ces rétrocessions peuvent être récupérées par les investisseurs, car elles appartiennent aux clients des banques et pas aux banques mêmes.

Que font les riches investisseurs en temps de crise ?

Les riches investisseurs ont souvent une longueur d’avance sur les informations et, à l’arrivée d’une crise, peuvent retirer les investissements des marchés financiers à un stade précoce. Les investissements les plus populaires restent l’or et l’immobilier. La Suisse les attire notamment par la stabilité de sa monnaie, son marché immobilier sûr et son offre concernant l’or qui est importante.

Quel effet les crises actuelles ont-elles sur le scandale bancaire suisse « rétrocessions »?

De plus en plus d’investisseurs demandent à leurs (anciennes) banques suisses les rétrocessions auxquelles ils ont droit. En particulier au moment de la crise, les victimes prennent le temps de parcourir les anciens dossiers bancaires et d’entamer une procédure de récupération. De plus en plus d’informations sont aussi disponibles sur le sujet. C’est donc le moment parfait de faire valoir ses droits auprès des banques suisses !

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

16 − 1 =