Olivier Gavalda, Directeur général du Crédit Agricole d'Ile-de-France

Par Olivier Gavalda, Directeur Général du Crédit Agricole d’Ile-de-France

Tribune. Oui, nombre de secteurs économiques implantés dans notre région ont été frappés de plein fouet par le ralentissement de l’activité lié à la crise sanitaire de la Covid-19. Mais ne perdons pas espoir : grâce à l’accélération de la campagne de vaccination, « la reprise est au coin de la rue » et notre région peut compter sur des fondamentaux et atouts extrêmement solides.

Dans cette course de fond que nous menons face au Covid-19 depuis un an déjà, j’ai parfois l’impression que la pandémie joue à la bataille navale avec nos acteurs économiques. Hôtellerie-restauration. Touché. Evènementiel. Touché. Métiers de la création. Touchés également.

Cette litanie peut faire peur. De fermetures en protocoles sanitaires, de restrictions en confinements, l’activité est ralentie afin de protéger collectivement les plus vulnérables. Mais je veux délivrer à la fois un message de vérité et d’espoir à tous les chefs d’entreprises, à tous les créateurs, à tous ceux qui font notre région : Non, vous n’êtes pas seuls. Oui, nous sommes à vos côtés pour agir vite, pour repartir fort et pour récompenser vos efforts.

Alors soyons à la fois lucides, pragmatiques et positifs. Et voyons les choses en face, le verre à moitié vide… mais surtout à moitié plein.

Oui, notre région a été sévèrement touchée par la crise économique…

Je n’estime rien de plus que les discours de vérité. Alors je ne vais pas chercher à enjoliver les choses. Le Centre régional d’observation du commerce, de l’industrie et des services (CROCIS) a estimé à 11 % le recul de l’activité régionale sur les neuf premiers mois de 2020. C’est tout à fait considérable. Signe que nos entreprises ont payé un lourd tribut, il s’agit du 3ème reflux le plus élevé parmi les régions de France.

Certains territoires ont encore été plus impactés que d’autres, comme le note l’Institut Paris Région. Ainsi, la ville de Paris (-15 %), le Val d’Oise (-14 %) et la Seine-et-Marne (-11 %) ont connu une forte récession, liée notamment à celle des secteurs touristique, automobile et aéronautique. Car faut-il le rappeler, nous sommes en nombre d’emplois la première région aéronautique et la seconde région automobile d’Europe.

Notre économie régionale est aujourd’hui portée par le secteur tertiaire marchand, qui représente 62,5 % de son emploi salarié en 2018. Las, celui-ci a également été mis à rude épreuve, dans des secteurs où nous sommes traditionnellement leaders, tels que l’hôtellerie-restauration l’événementiel, la culture, l’édition, le commerce, les activités scientifiques et techniques sans oublier les services aux entreprises.

… Heureusement, elle possède tous les atouts pour rebondir

Donc non, il ne faut pas nous voiler la face. Mais n’attendons pas non plus que les choses se passent. Agissons ! Car les bonnes nouvelles existent aussi. La grande diversité des activités présentes sur notre territoire permet de nuancer ce constat. En adaptant leurs process aux mesures barrières, les secteurs de la construction et de l’industrie ont d’ores et déjà connu dans notre région un rebond de leur activité au second semestre 2020, le secteur agroalimentaire s’est bien maintenu, de même que celui de la logistique.

Avec 83 % des logements et locaux professionnels raccordables à la fibre optique – la moyenne nationale s’élève à 49 % –, notre région s’appuie sur des infrastructures de communication de grande qualité. En 2020, cela a déjà facilité le recours au télétravail et le déploiement du commerce en ligne. Demain, il s’agira d’un atout majeur pour la poursuite de la transformation numérique de l’ensemble de notre secteur tertiaire.

Enfin, avec plus de 52 % de diplômés du supérieur chez nos 25-34 ans, et quasi 40 % de notre population âgée de moins de 30 ans, nous sommes la région la plus jeune et la plus qualifiée de France. Ne l’oublions pas, car ces jeunes talents sont la clé de notre avenir. Et comme il l’a fait en 2020, le Crédit Agricole d’Ile-de-France soutiendra plus que jamais ceux qui créent, ceux qui ont pris des risques et ceux qui souhaitent transformer leur activité.

Agissons ensemble pour la croissance de l’Île-de-France !

Cette année, nous allons poursuivre ce que nous avons entamé en 2020. À commencer par le financement et le soutien aux secteurs les plus en difficulté. Au total, nous avons accordé plus de 7 600 Prêts Garantis par l’Etat pour un montant de 1,4 milliard d’euros. Et devinez quels sont les secteurs qui en ont le plus bénéficié ? En première position, les services aux entreprises, suivis du tourisme / hôtellerie-restauration et du commerce. Nous avons répondu présent aux côtés des secteurs qui en avaient le plus besoin.

Nous avons également pris des initiatives propres afin d’aider tous les acteurs économiques de notre territoire. Ainsi, nous avons consacré une enveloppe de 20 millions d’euros, pour les PME et ETI à actionnariat familial du secteur du tourisme : hôtellerie-restauration bien sûr, mais aussi évènementiel, spectacle, salles d’expositions. Il s’agit de les aider à renforcer leurs fonds propres et à passer cette crise, qu’elles soient déjà clientes ou non du Crédit Agricole d’Ile-de-France.

De même, depuis quelques semaines, nos collaborateurs se mobilisent pour réaliser un point de situation avec leurs clients qui voient les premières échéances de PGE d’avril dernier arriver. Cela va permettre ainsi à nos entreprises et nos commerçants d’affronter plus sereinement ce difficile premier semestre.

Enfin, nous nous sommes organisés pour distribuer dans quelques jours les prêts participatifs et obligations de relance qui viendront améliorer la solidité de nos entreprises.

La reprise est un défi collectif que nous devons relever avec tous les Franciliens.

Tous les collaborateurs et les élus du Crédit Agricole d’Ile-de-France sont très fiers d’apporter leur pierre à l’édifice et de construire ainsi un avenir plus radieux.

Vous pouvez compter sur l’engagement de la première banque de la région.

Olivier Gavalda, Directeur Général du Crédit Agricole d’Ile-de-France

Sources :
Eco_Covid_web.pdf (institutparisregion.fr)
NR_880_web.pdf (institutparisregion.fr)
L’économie de l’Ile-de-France mise à mal par la crise sanitaire (francebleu.fr)
L’Ile-de-France paie la crise au prix fort (lemonde.fr)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

18 − 13 =