Comptoir de Campagne veut redynamiser nos villages avec les épiceries de proximité

Comptoir de Campagne est une jeune pousse française lyonnaise, créée par Virginie Hils, une jeune entrepreneuse qui est partie d’un constat : plus d’un petit village sur deux ne posséde plus de commerce.

Elle se lance à contre-courant

Alors que les jeunes pousses se concentrent sur les zones à fortes populations, Virginie fait le chemin inverse, elle envisage de développer son entreprise autour d’un projet fou, redonner la vie au milieu des villages en créant de nouveaux commerces. Virginie répond en fait à une demande, le manque de services de proximité associé à une forte demande de retourner vivre à la campagne, de manger bio, d’acheter en vente directe, en circuits courts et l’entreprise prend vite forme et ça marche.

Déjà 5 commerces sont ouverts, en Loire- Forez (42), deux en Saône-Beaujolais (69), un dans le Maconnais (71), deux en Vals-du-Dauphiné (38) et 3 en Chartreuse (73).

Prochainement deux nouveaux commerces ouvriront leurs portes, le premier à Claveyson, petite commune de la Drôme et un à Chevrey-Chambertin, une commune dans les Côte-d’Or. La cible de l’enseigne, ce sont les villages  à partir de 800 habitants, et une zone de chalandise touchant environ 2 000 habitants avec les villages voisins.

Comptoir de Campagne et les producteurs locaux

En plus de faire revivre des villages entiers, la jeune pousse crée de l’emploi, en moyenne trois personnes en CDI, et faire vivre actuellement plus de 150 producteurs et artisans locaux.

Une nouvelle franchise

Comptoir de Campagne s’est tout naturellement tourné vers la franchise pour accélérer son développement.

Pour les amateurs intéressés par le projet, pour ouvrir aujourd’hui un Comptoir de Campagne, il faut disposer d’environ 25 000 € et prévoir un investissement de 90 000 €. Un magasin réalise en moyenne entre 200 et 250 000 € de CA. Quant aux locaux, ils sont généralement apportés par la municipalité dans la plupart des cas, ces derniers étant très intéressés par l’ouverture d’un commerce sur leurs communes. Ce sont pour la plus grande majorité des anciens magasins disparus.

Grâce à son mode de fonctionnement, en circuit court pour l’épicerie, la droguerie, avec un coin « bistrot », un dépôt de pains et des prestations de service, Comptoir de Campagne répond à tous les besoins des locaux. En plus de proposer de l’alimentation générale, l’entreprise locale propose aussi des services étonnants, par exemple, une esthéticienne tous les lundis, puis un ostéopathe, le mardi, et même un banquier se déplace.

Modèle économique simple

Pour se lancer Virginie a fait quelques levées de fonds, notamment auprès de la Caisse des Dépôts, la Caisse d’épargne, La Poste… sans omettre de signaler la participation d’environ 300 particuliers séduits par son projet.

Pour fin 2022, l’ambition est grande, ouvrir une dizaine de magasins supplémentaires. Le Sud de la Bourgogne sera prochainement visé, ainsi qu’une arrivée en Ile-de-France. L’objectif étant d’ouvrir entre 20 et 25 nouveaux commerces chaque année.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

vingt − 12 =