Nombre d’entrepreneurs et d’artisans font le pari d’un changement de vie radical en implantant leur activité en milieu rural. Pour choisir son territoire, mieux vaut aller vers une zone qui a fait ses preuves, comme les Mauges, au Sud-Ouest du Maine-et-Loire du côté de Cholet. Notre enquête auprès de ceux qui osent !

Avec le confinement, de nombreux citadins ont redécouvert la joie de la campagne et d’autres ont exprimé le profond désir d’un changement de vie. Cet engouement ne doit pas occulter le fait que de nombreux entrepreneurs n’avaient pas attendu l’année 2020 pour s’installer et développer leur activité. Le tissu économique des territoires ruraux est riche de savoir-faire qui poursuivent leurs évolutions, envers et contre tous. Le digital a évidemment facilité la vie de ces sociétés basées dans des territoires non urbains.

Les Mauges, territoire méconnu

Les Mauges se situent en Pays de Loire, entre Nantes, Angers et Cholet, un pays où l’économie était traditionnellement basée sur la mine, le textile et la chaussure ; des activités en fort déclin depuis les années 90. La délocalisation a fait son œuvre là comme ailleurs entraînant la fermeture d’usines. Sauf que… comme un certain petit village gaulois, le territoire a su résister en se réinventant. On peut ainsi découvrir dans les communes qui le constituent de belles histoires entrepreneuriales. Ces Gaulois ont misé sur leur seule chance de réussite : une main d’œuvre qualifiée, des savoir-faire pointus permettant de cibler les secteurs technologiques de pointe ou du luxe. Avec pas moins de 612 créations d’entreprises en 2018, les Mauges font preuve d’une vitalité exceptionnelle.

Pas ou peu de chômage

Il y a certainement beaucoup à apprendre des six nouvelles communes des Mauges. D’abord, elles ont su concentrer leurs forces en acceptant de se réunir, car on comptait 64 communes à l’origine. Aujourd’hui, Les Mauges sont représentées par Orée-d’Anjou, Mauges-sur-Loire, Montrevault-sur-Evre, Beaupréau-en-Mauges, Chemillé-en-Anjou et Sèvremoine. Ensuite, le taux de chômage de la zone est inférieur à 5%, en-deçà de la moyenne nationale. De quoi interpeller les responsables économiques.

Des entreprises qui performent

Mulliez Flory

Spécialiste de la conception du vêtement de travail et de la tenue professionnelle sur-mesure, Mulliez Flory n’est pas toute jeune. Avec ses 200 ans d’existence dans le Choletais, le groupe familial a développé une expertise de premier ordre dans le secteur du vêtement professionnel. Jacques Gindre, son PDG depuis 20 ans, peut se féliciter de la réussite de son groupe HDM Finances, qui compte 750 collaborateurs et 11 magasins d’usine en France, le tout dans un secteur, le textile, qui paraît-il, ne peut résister à la concurrence étrangère…

Audouin Père & Fils

C’est à Sèvremoine que la maroquinerie exploite son savoir-faire en matière de cuir, que ce soit pour le secteur de la maroquinerie, de l’automobile de luxe ou l’ameublement. Marcel Audouin fonde son activité après-guerre, en 1947, pour fabriquer à sa marque avant de s’orienter vers la sous-traitance de marques telles que Courrèges et Texier. Changement de génération il y a un peu plus de vingt ans, avec Laurent Audouin qui confirme le virage pris vers le luxe en travaillant pour Longchamp comme pour de jeunes créateurs. Il diversifie l’activité d’abord vers l’automobile pour des marques prestigieuses telles Rolls-Royce, Bentley entre autres, et innove il y a environ dix ans pour répondre aux demandes de palaces, grands hôtels, boutiques ou yachts en matière d’ameublement. La réussite est au rendez-vous.

La Forge de Style

Ce spécialiste de la ferronnerie d’art fait partie de ces entreprises artisanales installées dans les Mauges. Avec ses salariés au savoir-faire exceptionnel, il a réussi à séduire les clients les plus exigeants partout dans le monde. D’abord créée aux Etats-Unis à New York par le Français Franck Chartrain et l’américain David Gore, l’entreprise a su séduire une clientèle haut de gamme. En 2009, Franck Chartrain rentre en France, installe une seconde implantation dans les Mauges.

Les commandes affluent du monde entier, preuve en est que la zone d’implantation importe peu pour des clients qui recherchent le beau et bien fait. Cette belle Entreprise du Patrimoine Vivant a su recruter un personnel ultra qualifié qui produit d’absolues merveilles. Sa réputation n’est plus à faire auprès des architectes et donneurs d’ordre qui savent qu’en travaillant avec LFDS, de nouvelles propositions leur seront faites qu’il s’agisse de renouvellement de texture, de patine, de finition, une recherche continue qui fait la différence.

Rampe d’escalier en fer forgé avec ornementation en métal repoussé, dorée à l’or fin, portes monumentales en bronze, mobilier de très haut standing font de LFDS une référence, à partir de New York, Hong Kong et… Saint Macaire-en-Mauges.

Janneau Menuiseries

Aujourd’hui, 45 ans après sa création, l’entreprise a pour devise « Conservons notre âme d’artisan », un vrai défi pour une société de 430 salariés sur trois unités de production. Le siège du groupe, au Loroux-Bottereau, gère son activité centrée sur les fenêtres, portes et volets roulants et n’a pas cessé d’innover en étoffant son offre et en recrutant de nouveaux collaborateurs. Pendant le confinement, le fondateur a mis au point un protocole qui a permis de reprendre la production dès le 8 avril tout en lançant une opération caritative dans laquelle 15 euros étaient reversés par fenêtre vendue à la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France.

Une chose est sûre, Henri Janneau est un fervent défenseur de la région des Mauges, dans laquelle selon lui, les élus et les administrations sont au service du dynamisme des entreprises. En zone rurale, sans aucune grande métropole, les entreprises souvent familiales des Mauges ont su se reconvertir pour acquérir ou perfectionner des savoir-faire ancestraux qui leur ont permis de conquérir de nouveaux marchés en toute discrétion. De la belle ouvrage !

V.D.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

5 × 3 =