Les Français ont désormais accès aux levées de fonds des entreprises cotées. Cet outil d’investissement est proposé aux particuliers depuis le 1er juin par une fintech britannique. Une petite révolution ?

Les Français ont mis de côté 142 milliards d’euros de plus en 2020, particulièrement durant les deux confinements. Cette manne ira pour partie sur les marchés actions, de nombreux Français faisant confiance à la Bourse pour faire fructifier leur épargne. Mais certaines opérations boursières sont encore réservées aux institutionnels, c’est notamment le cas des levées de fonds des entreprises cotées. Jusque-là privés de cet instrument, les « boursicoteurs » français vont désormais pouvoir investir dans ces tours de table. Ironie de l’histoire, c’est une start-up britannique, PrimaryBid, qui va offrir en premier ce service dans l’Hexagone.

« L’innovation sur les marchés de capitaux est rare, car il y a beaucoup de barrières à l’entrée »

Accompagné par Euronext, la première bourse européenne, PrimaryBid a reçu l’agrément de l’Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution (ACPR) en décembre dernier. La fintech londonienne propose ainsi aux particuliers de « participer aux levées de fonds des entreprises dans les mêmes conditions que les investisseurs institutionnels ». En misant sur la France, PrimaryBid sait qu’elle peut compter sur un large panel de petits porteurs férus d’investissements.

Lancé en 2016 à Londres, l’entreprise s’est spécialisée dans la démocratisation des opérations boursières, à commencer par les émissions d’action des entreprises cotées. « L’innovation sur les marchés de capitaux est rare, car il y a beaucoup de barrières à l’entrée, juge François de Wiljes, directeur France de PrimaryBid. Mais nous avons surmonté les obstacles grâce aux nouvelles technologies. » Grâce à PrimaryBird, les Français peuvent désormais participer aux augmentations de capital sans aucune barrière.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

16 + cinq =