C’est désormais Cyrille, son fils de 33 ans, qui tient les rênes, tandis que Yannick Bolloré conserve la présidence du conseil de surveillance de Vivendi. Si la transition semble se dérouler en douceur, l’ombre du milliardaire n’est jamais très loin… et cela se comprend !

Sur le devant de la scène depuis 38 ans, Vincent Bolloré (66 ans), l’un de nos plus grands entrepreneurs, a choisi de prendre un peu de champ avant de mettre un terme à son aventure à la tête du groupe éponyme en 2022, l’année de ses 70 ans. D’ici là, le milliardaire breton organise méthodiquement sa succession en positionnant ses enfants aux postes clés. Le 14 mars dernier, Cyrille Bolloré, 33 ans, a pris les rênes de la multinationale familiale (23 milliards d’euros de CA) en devenant PDG. Jusqu’à présent DG délégué de l’entreprise, le cadet des fils de Vincent Bolloré a fait ses armes au sein du groupe.

Diplômé de Dauphine et de la Westminster University (Londres), Cyrille Bolloré a suivi les traces de son père en débutant sa carrière dans la finance, au sein du fonds Alpha Value Management. Ce n’est qu’en 2007 qu’il a rejoint le groupe familial. D’abord en charge du trading pétrolier, il a rapidement pris du galon en devant, à 28 ans, le responsable du transport et de la logistique, une entité cruciale qui représente 8 des 23 milliards d’euros de chiffre d’affaires du groupe Bolloré.

Désormais PDG de la multinationale, Cyrille Bolloré chapeautera son frère aîné, Yannick (39 ans), qui préside Vivendi (Havas, Canal+, Universal Music) et les activités de de communication du groupe – Vincent Bolloré, quant à lui, a été nommé « censeur et conseiller du président du directoire ».

L’entreprise bretonne, qui a vu son bénéfice net passer en 2018, 2 milliards d’euros à 1,1 milliard, se trouve à un tournant de son histoire. Un moment décisif que Vincent Bolloré supervise dans l’ombre. L’ex PDG, qui a passé 38 ans à la tête du groupe, est récemment devenu le président de la Financière de l’Odet, la société de la famille Bolloré qui détient 64% du groupe Bolloré. Une manière de garder la main sur l’empire.

Juliette Picard

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici