Boeing pensait voir le bout du tunnel avec l’autorisation de vol du 737 Max après 20 mois d’immobilisation. Mais le crash du Boeing 737, samedi 9 janvier, replonge le constructeur américain dans l’incertitude.

Cloué au sol depuis bientôt deux ans, le 737 Max vient tout juste de voir son autorisation de vol confirmée… avant d’être à nouveau rattrapé par les ennuis.

Boeing : plus de 20 milliards de pertes

Boeing pensait que les soucis avec son 737 max étaient derrière lui, ce n’est manifestement pas le cas.

La crise aura coûté à ce jour, plus de 20 milliards de dollars de perte d’exploitation, d’après Dennis Muilenburg, patron de Boeing. Sans compter les annulations de commandes, (1 043 à ce jour), plusieurs milliards de dollars envolés… Ce qui a largement profité à son concurrent direct, Airbus, qui caracole en tête des ventes et reste leader mondial.

Une amende record

Le géant américain a été reconnu coupable de fraude et doit verser aux États-Unis une amende record de 243,6 millions de dollars. A cela s’ajoute une autre amende de 1,77 milliard en indemnités aux différentes compagnies aériennes ayant commandé ce modèle.

On reproche à l’avionneur d’avoir volontairement induit en erreur les inspecteurs de l’autorité américaine de l’aviation (FAA), en ce qui concerne la certification de son 737 MAX en vue de son approbation de vol.  Boeing a fini par reconnaitre les faits en déclarant que l’entreprise avait failli à ses valeurs… Au passage, Boeing envisage plus de 30 000 suppressions de postes.

Boeing : le pire est peut-être à venir

Le 737 se retrouve peut-être devant une nouvelle crise : samedi 9 janvier, un nouveau crash d’un 737 s’est produit au départ de Djakarta… Le Boeing 737-500, transportait 56 passagers et 6 membres d’équipage…

Il est à craindre que ce nouvel accident, même s’il n’est pas directement lié à un 737 Max (désormais appelé 737-8) fasse plonger un peu plus Boeing. Les chiffres exacts et les résultats financiers seront annoncés officiellement le mercredi 27 janvier. De nombreux sous-traitants, comme le français Figeac Aéro, pourraient se retrouver dans des situations difficiles.

En France, les sous-traitants de Boeing représentent des centaines d’entreprises (30 000 emplois et plus de 5 milliards de chiffre d’affaires). L’années 2021 pourrait s’vérer diffcile pour de très nombreux sous-traitants comme Figeac Aero, Daher, Crouzet ou encore Aubert & Duval.

Cette énième crise qui impacte l’avionneur nord-américain pourrait profiter à son éternel rival, l’européen Airbus, qui reste leader mondial.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

douze − trois =