A la tête du groupe Doctegestio de 12 000 salariés, 331 établissements et services pour 560 millions de chiffre d’affaires, Bernard Bensaid est devenu un sauveur d’établissements de santé en difficultés.

Le groupe a été créé en 2000, d’abord dans le secteur de l’immobilier, par cet économiste, chercheur et ingénieur au parcours académique impressionnant. Pionnier de la gestion locative en ligne avec Directgestion, il s’est ensuite diversifié dans les secteurs de la santé, du social et médico-social et de l’hôtellerie, avec un modèle original, la reprise et la relance de structures en difficulté et une méthode, la mutualisation des moyens et la digitalisation poussée au maximum de la gestion. Le groupe a connu une croissance externe rapide autour de ses trois activités, regroupées chacune sous une marque : Amapa pour le médico-social, Doctocare pour la santé et Popinns pour le tourisme hôtellerie.

Une croissance externe rapide

Lorsqu’en 2010, Bernard Bensaid adopte le nom Doctegestio, il exploite déjà près de 35 établissements. Le rachat la même année de l’ensemble du patrimoine thermal de Plombières-les-Bains sera le premier d’une longue série de reprises dans les domaines sanitaires et médico- sociaux. Fin 2011, l’association Amapa, ses 14 Ehpad et ses 1 800 collaborateurs rejoignent le groupe qui s’engage définitivement dans l’Economie Sociale et Solidaire. Suivront ensuite cliniques, centres de santé, centres dentaires, ainsi que de nombreux autres centres d’aide à la personne sur tout le territoire. Dernière reprise en date, celle du Groupement Hospitalier Mutualiste de Grenoble, qui réalise un chiffre d’affaires annuel de près de 150 millions d’euros, compte 1 200 salariés, 260 médecins, 6 instituts, un service d’urgence et accueille quelque 150 000 patients par an.

Un accompagnement complet

Au total, ce sont aujourd’hui près de 12 000 collaborateurs et 560 millions d’euros d’activité dont l’ensemble des revenus est reversé dans l’entreprise et la modernisation des structures. Résultat, le groupe Doctegestio est aujourd’hui le seul opérateur français à annoncer accompagner et prendre en charge les personnes et les familles tout au long de leur existence. En effet, de la garde des enfants avec ses services d’aide à la personne jusqu’à l’hébergement des personnes en situation de dépendance dans ses Ehpad, en passant par les consultations dans ses centres de santé, les traitements et les opérations dans ses cliniques et le maintien à domicile, Doctegestio couvre toutes les formes d’aide et d’assistance nécessaires au cours d’une vie.

Réformer en profondeur le système

On le sait, en France, c’est tout le système de santé qu’il faudrait réformer. Si les grèves, les démissions en série et les manquements de la première phase de l’épidémie ont mis en exergue le manque de lits et de matériels comme la souffrance des personnels de santé, qui ont conduit au « Ségur de la Santé », force est de constater que ce projet bureaucratique n’a pas posé les bases d’une vraie réforme en profondeur de notre système de santé que Bernard Bensaid appelle de tous ses vœux.

Prônant un système à l’allemande, il espère que le Gouvernement français aura le courage politique d’appliquer ses principes de « bonne gestion » des ressources humaines et de mutualisation des moyens, en adoptant les outils numériques les plus innovants ; des recettes qui ont fait le succès du groupe Doctegestio. Car selon lui, seule la puissance du travail collaboratif bien structuré, véritable levier humain, est capable de construire en le transformant le système de santé français de demain et de progresser socialement en innovant.

J.B.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Tapez votre commentaire
Entrez votre nom ici

10 + dix-sept =